Lo poou é lo moutset

Commune: Charvensod
Catégorie: Contes pour enfants

Magàn l’ayè dji dzeleunne é cattro pedzeun : eun dzano, eun rodzo, eun ros, eun neue é eun dzen poou avouì de balle plîme de totte couleue que l’ayè non Quiquiriquì.
L’épró magàn ivrèe lo dzequet é baillèe campa i dzeleunne pe lo verdjì : « Pii, pii, chortade pîne… pii, pii… ».
Eun grou moutset véillèe todzoo le dzeleunne : «Vîto ou taa vo-z-acappo pi ! », mé s’azardèe pa a s’aproutchì perqué lo poou féyèe todzoo bon-a varda.
Lo moutset l’iye tracachà : « Site l’è tro maleun, n’i cheue mâtèn lo donté ! ».
Eun dzoo, dîmouèn que lo poou l’iye eun tren de dzaraté dedeun lo mouì de la dreudze pe tchertchì de vése di coucouye, lo moutset dî : « Mon chèe poou to floadjà, pensavo que t’iye pi feun que so… Mé si cou pa praou ! ».
Eun profitèn de la distrachón dî poou l’a vaouló deussui eunna dzeleunna. Que confujón ! Dedeun pocca ten totte le-z-atre dzeleunne son beuttàye-se a carcachì é le leue crite tremblavoun de pouiye.
Lo poou adón l’a saoutó deussui lo moutset é l’è comenchaye eunna grousa bataille.
Se battoun, se beccachoun, se graffin-oun ; le plîme dî doe bitche vaoulon pe l’èe. Seutta bataille l’a diyà eun bo car d’aoua é totte le dzeleunne tracachaye avèitsavoun pe la fenitra dî baou.
A la feun lo moutset t’alo-se-nèn pe lo bouque : « Pensavo que l’iye djeusto feun, mé la sin-a fose é la sin-a grametó son terrible ! ».
Lo poou l’ayè gagnà mé l’iye restó caze sensa eunna plîma é, to grafin-à é redouì pouai lé, l’è bailla-se lagne de se féye vère dî dzeleunne. To mourtifià, l’et aló se catchì dérì eungn abro.
Magàn, lo dzoo aprì, can l’et alaye baillì pequé i dzeleunne, l’et apersia-se que lo poou manquèe.
« Quiquiriquì, Quiquiriquì !... Que drôlo, la coutîma l’è lo premì que areuve eun moutrèn le sin-e dzente plîme ! Senque l’è-tì capitó ? Vou vîto lo tchertchì ».
Magàn choo dî bouat dî dzeleunne, avèitse dedeun lo baou, lo tsertse dedeun lo pailleue… pa mézo de troé si poou… tanque can vèi eunna plîma booudjì dérì eunna planta dî verdjì, la dériye que l’iye restaye deussui la quiuya dî poou.
Adón s’aprotse de l’abro, caesse la pooua bitche, la eumbrache é lèi dî : « Dzen poou de mé, tracacha-té pa, te chouegnèn pi praou no é le tin-e balle plîme crèisoun pi euncó pi dzente é pi grouse que dovàn ».
Dèi si dzoo lo poou Quiquiriquì l’è vegnà lo Bon Djeu de to lo veladzo é gneun moutset l’a tornou-se aproutchì i bouat dî dzeleunne.

Rita Decime, Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome II, Histoires d’animaux, Musumeci Editeur, Quart (Ao) 1984

italiano

Le coq et l'épervier

Grand-mère avait dix poules, quatre poussins, un jaune, un rouge, un marron, un noir et un beau coq aux belles plumes multicolores qui s'appelait Quiquiriqui.
L'après-midi elle ouvrait un petit guichet et laissait sortir ses poules dans le verger : « Pii, pii, sortez mes poules…pii, pii ».
Un gros épervier guettait toujours les poules. « Tôt ou tard, je vous attraperai ». Toutefois il ne se hasardait pas à s'approcher car le coq faisait toujours bonne garde.
L’épervier était tracassé : « Celui-là est trop malin, j’aurais des problèmes à le dresser ! ».
Un jour pendant que le coq était en train de gratter dans le tas de fumier pour chercher des vers blancs, l'épervier s’exclama : « Mon cher coq coloré, rusé je te croyais. Mais pas assez pour cette fois. Tu viens de commettre une belle erreur». Profitant de la distraction du coq, il vola sur une poule.
Quelle confusion ! Dans peu de temps, toutes les autres poules se sont mises à crier et à voleter. Leurs crêtes tremblaient de peur. Le coq alors a sauté sur l'épervier et une grande bataille a commencé.
Luttes, coups d’ailes, becquées, griffures ; les plumes des deux animaux volent dans l'air.
A la fin l'épervier a dû céder et se retirer vers le bois : « Je croyais qu’il était seulement rusé, mais sa force et sa méchanceté sont inouïes »; l'autre était trop méchant.
Le coq avait gagné mais il était resté presque sans plumes et, tout égratigné et ainsi réduit, il n'osait même plus se montrer aux poules. « Mes belles plumes elles ne pousseront plus ». Tout mortifié il alla se cacher derrière un arbre.
Grand-mère, le jour d'après, quand elle est allée donner manger aux poules, s'est aperçue que le coq manquait. « Quiquiriqui…, Quiquiriqui ! Drôle…d’habitude il arrive toujours le premier en montrant ses belles plumes ! Que s’est-il passé ? J’irai le chercher ! ».
Alors grand-mère sortit du poulailler, elle regarda dans l’étable, elle chercha au fenil…mais aucune trace du coq …jusqu’à ce qu’elle aperçoive une plume derrière l’arbre du verger, le seule restée sur la queue du coq.
Alors elle s’est approchée de l’arbre, elle a caressé la pauvre bête et l’a serrée contre son cœur : «Mon cher coq, ne t’inquiète pas, on va te soigner, et tes belles plumes repousseront plus belles et plus grandes qu'avant ».
Depuis ce jour le coq Quiquiriqui devint l’idole de tout le village et plus aucun épervier n’osa s’approcher de son poulailler.

Tiré de : Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome I, Histoires d’animaux, Rita Decime, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

français

Le coq et l'épervier

Grand-mère avait dix poules, quatre poussins, un jaune, un rouge, un marron, un noir et un beau coq aux belles plumes multicolores qui s'appelait Quiquiriqui.
L'après-midi elle ouvrait un petit guichet et laissait sortir ses poules dans le verger : « Pii, pii, sortez mes poules…pii, pii ».
Un gros épervier guettait toujours les poules. « Tôt ou tard, je vous attraperai ». Toutefois il ne se hasardait pas à s'approcher car le coq faisait toujours bonne garde.
L’épervier était tracassé : « Celui-là est trop malin, j’aurais des problèmes à le dresser ! ».
Un jour pendant que le coq était en train de gratter dans le tas de fumier pour chercher des vers blancs, l'épervier s’exclama : « Mon cher coq coloré, rusé je te croyais. Mais pas assez pour cette fois. Tu viens de commettre une belle erreur». Profitant de la distraction du coq, il vola sur une poule.
Quelle confusion ! Dans peu de temps, toutes les autres poules se sont mises à crier et à voleter. Leurs crêtes tremblaient de peur. Le coq alors a sauté sur l'épervier et une grande bataille a commencé.
Luttes, coups d’ailes, becquées, griffures ; les plumes des deux animaux volent dans l'air.
A la fin l'épervier a dû céder et se retirer vers le bois : « Je croyais qu’il était seulement rusé, mais sa force et sa méchanceté sont inouïes »; l'autre était trop méchant.
Le coq avait gagné mais il était resté presque sans plumes et, tout égratigné et ainsi réduit, il n'osait même plus se montrer aux poules. « Mes belles plumes elles ne pousseront plus ». Tout mortifié il alla se cacher derrière un arbre.
Grand-mère, le jour d'après, quand elle est allée donner manger aux poules, s'est aperçue que le coq manquait. « Quiquiriqui…, Quiquiriqui ! Drôle…d’habitude il arrive toujours le premier en montrant ses belles plumes ! Que s’est-il passé ? J’irai le chercher ! ».
Alors grand-mère sortit du poulailler, elle regarda dans l’étable, elle chercha au fenil…mais aucune trace du coq …jusqu’à ce qu’elle aperçoive une plume derrière l’arbre du verger, le seule restée sur la queue du coq.
Alors elle s’est approchée de l’arbre, elle a caressé la pauvre bête et l’a serrée contre son cœur : «Mon cher coq, ne t’inquiète pas, on va te soigner, et tes belles plumes repousseront plus belles et plus grandes qu'avant ».
Depuis ce jour le coq Quiquiriqui devint l’idole de tout le village et plus aucun épervier n’osa s’approcher de son poulailler.

Tiré de : Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome I, Histoires d’animaux, Rita Decime, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

Annexes