Lou pouc è lou moutset

Commune: Saint-Marcel
Catégorie: Contes pour enfants
Pour entendre l'audio vous avez besoin de Adobe Flash Player. Vous pouvez cliquer sur l'image 'Get Adobe Flash player' pour l'installer.
Get Adobe Flash player

Magàn y aviye dji dzuleunne è cattro peidzén: eun dzono, eun rodzo, eun ro, eun nér è eun dzèn pouc avoué dè dzènte plunme dè totte couleur, què y aviye a noun Quiquiriquì.
La dèinoun-a magàn ivrouve lou dziquet è baillouve cappa î dzuleunne pè lou verzéi: «Pii, pii, 'órtoude pîn-ne … Pii, pii…»
In gróou moutset 'eurvèillouve toudzor lè dzuleunne: «Vîto oou tar v’acapo bén-poue!» mi s’arardove po dè s’aproutsì perquè lou pouc fiouve bon-a varda.
Lou mótset l’iye tracasà: «Ic-'é l’è tro fén, n’aic-poue preui dè fic a todre pè lou donté!».
In dzor, mi que lou pouc l’iye in trèn d’écarvanté pè lou teuppo di fèmì pè 'ertsì dè ver, lou mótset i llèi dic: «Mon cher pouc to flouadzà, pén'ovo què tou fi'e itó pi fén què 'èn, mi 'i cóou po preui. T’o djusto fé an gróou'a erreur!» é, in profitèn dè la distrassón di pouc, y a veiló dè'uc an dzuleunna.
Quénta confuzón! Didén pocca tèn totte lè-r-otre dzuleunne y an bitó-se a carca'ì è a veilaté; leur créite trèmblavon dè pouiye.
Lou pouc adón l’è 'eitó dè'uc lou mótset è an gróou'a bataille l’è couminsaye: sè baton, sè bèca'on, sè grénfon: lè plunme di dovve béitche veuilon pè l’er.
A la fén lou mótset y a djuc tchèdé è rètèryi-se didén lou boou: «Dzou pén'ovo què fi'e itó maque fén, mi la sén-a for'e è la sén-a gramitó 'on terrible!
Lou pouc y aviye gagnà, mi l’iye restó presque 'én'a plunme è, to grafin-où è mal rèdouic, i oourove gnènca mi sè fae vére di dzuleunne - «Lè min-e dzènte plunme tornon po-poue mi» - to mortifïà l’è aló sè catsì dèréi ingn abro.
Magàn lou dzor apréi, can l’et aléye baillì piqué î dzuleunne, y a apersu-se què lou pou i mancove. «Quiquiriquì, Quiquiriquì!… L’è bén drolo, la coutûnma y aruve toudzor pè prumì in fièn vére lè sén-e dzènte plunme! Quitéi l’è capitó? Dzou vóou-poue lou 'ertsì!»
Adòn l’è 'ortiya di poulaillì, l’è aléye avèitchì didén lou beui, y a 'ertsa-lo didén lou poulaillì… mi gnun-e tra'e di pouc… tanque can y apersèi po an plunma déréi ingn abro di verzéi, la seula 'oubréye dè'uc la cavva di pouc.
Y a aproutsa-se dè l’abro, y a caessà la poa béitche è y a saró-la deur contre son queur: « Mon dzèn pouc, traca'a-tè po, nou tè souègnèn-poue, è lè tén-e dzènte plunme tornon-poue crèitre pi dzènte è pi gróou'e què dèvàn.»
Dèi 'éi dzor-lé lou pouc Quiquiriquì l’è vèn-uc lou bondjeu dè to lou vèladzo è pomì gnun mótset y a oouró aproutsi-se di sén-o poulaillì.

italiano

Le coq et l'épervier

Grand-mère avait dix poules, quatre poussins, un jaune, un rouge, un marron, un noir et un beau coq aux belles plumes multicolores qui s'appelait Quiquiriqui.
L'après-midi elle ouvrait un petit guichet et laissait sortir ses poules dans le verger : « Pii, pii, sortez mes poules…pii, pii ».
Un gros épervier guettait toujours les poules. « Tôt ou tard, je vous attraperai ». Toutefois il ne se hasardait pas à s'approcher car le coq faisait toujours bonne garde.
L’épervier était tracassé : « Celui-là est trop malin, j’aurais des problèmes à le dresser ! ».
Un jour pendant que le coq était en train de gratter dans le tas de fumier pour chercher des vers blancs, l'épervier s’exclama : « Mon cher coq coloré, rusé je te croyais. Mais pas assez pour cette fois. Tu viens de commettre une belle erreur». Profitant de la distraction du coq, il vola sur une poule.
Quelle confusion ! Dans peu de temps, toutes les autres poules se sont mises à crier et à voleter. Leurs crêtes tremblaient de peur. Le coq alors a sauté sur l'épervier et une grande bataille a commencé.
Luttes, coups d’ailes, becquées, griffures ; les plumes des deux animaux volent dans l'air.
A la fin l'épervier a dû céder et se retirer vers le bois : « Je croyais qu’il était seulement rusé, mais sa force et sa méchanceté sont inouïes »; l'autre était trop méchant.
Le coq avait gagné mais il était resté presque sans plumes et, tout égratigné et ainsi réduit, il n'osait même plus se montrer aux poules. « Mes belles plumes elles ne pousseront plus ». Tout mortifié il alla se cacher derrière un arbre.
Grand-mère, le jour d'après, quand elle est allée donner manger aux poules, s'est aperçue que le coq manquait. « Quiquiriqui…, Quiquiriqui ! Drôle…d’habitude il arrive toujours le premier en montrant ses belles plumes ! Que s’est-il passé ? J’irai le chercher ! ».
Alors grand-mère sortit du poulailler, elle regarda dans l’étable, elle chercha au fenil…mais aucune trace du coq …jusqu’à ce qu’elle aperçoive une plume derrière l’arbre du verger, le seule restée sur la queue du coq.
Alors elle s’est approchée de l’arbre, elle a caressé la pauvre bête et l’a serrée contre son cœur : «Mon cher coq, ne t’inquiète pas, on va te soigner, et tes belles plumes repousseront plus belles et plus grandes qu'avant ».
Depuis ce jour le coq Quiquiriqui devint l’idole de tout le village et plus aucun épervier n’osa s’approcher de son poulailler.

Tiré de : Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome I, Histoires d’animaux, Rita Decime, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

français

Le coq et l'épervier

Grand-mère avait dix poules, quatre poussins, un jaune, un rouge, un marron, un noir et un beau coq aux belles plumes multicolores qui s'appelait Quiquiriqui.
L'après-midi elle ouvrait un petit guichet et laissait sortir ses poules dans le verger : « Pii, pii, sortez mes poules…pii, pii ».
Un gros épervier guettait toujours les poules. « Tôt ou tard, je vous attraperai ». Toutefois il ne se hasardait pas à s'approcher car le coq faisait toujours bonne garde.
L’épervier était tracassé : « Celui-là est trop malin, j’aurais des problèmes à le dresser ! ».
Un jour pendant que le coq était en train de gratter dans le tas de fumier pour chercher des vers blancs, l'épervier s’exclama : « Mon cher coq coloré, rusé je te croyais. Mais pas assez pour cette fois. Tu viens de commettre une belle erreur». Profitant de la distraction du coq, il vola sur une poule.
Quelle confusion ! Dans peu de temps, toutes les autres poules se sont mises à crier et à voleter. Leurs crêtes tremblaient de peur. Le coq alors a sauté sur l'épervier et une grande bataille a commencé.
Luttes, coups d’ailes, becquées, griffures ; les plumes des deux animaux volent dans l'air.
A la fin l'épervier a dû céder et se retirer vers le bois : « Je croyais qu’il était seulement rusé, mais sa force et sa méchanceté sont inouïes »; l'autre était trop méchant.
Le coq avait gagné mais il était resté presque sans plumes et, tout égratigné et ainsi réduit, il n'osait même plus se montrer aux poules. « Mes belles plumes elles ne pousseront plus ». Tout mortifié il alla se cacher derrière un arbre.
Grand-mère, le jour d'après, quand elle est allée donner manger aux poules, s'est aperçue que le coq manquait. « Quiquiriqui…, Quiquiriqui ! Drôle…d’habitude il arrive toujours le premier en montrant ses belles plumes ! Que s’est-il passé ? J’irai le chercher ! ».
Alors grand-mère sortit du poulailler, elle regarda dans l’étable, elle chercha au fenil…mais aucune trace du coq …jusqu’à ce qu’elle aperçoive une plume derrière l’arbre du verger, le seule restée sur la queue du coq.
Alors elle s’est approchée de l’arbre, elle a caressé la pauvre bête et l’a serrée contre son cœur : «Mon cher coq, ne t’inquiète pas, on va te soigner, et tes belles plumes repousseront plus belles et plus grandes qu'avant ».
Depuis ce jour le coq Quiquiriqui devint l’idole de tout le village et plus aucun épervier n’osa s’approcher de son poulailler.

Tiré de : Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome I, Histoires d’animaux, Rita Decime, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

Annexes