Lo pou é lo móchet

Commune: Saint-Vincent
Catégorie: Contes pour enfants
Pour entendre l'audio vous avez besoin de Adobe Flash Player. Vous pouvez cliquer sur l'image 'Get Adobe Flash player' pour l'installer.
Get Adobe Flash player

Magràn a y ae guié dzeleunne é catro poudzén: eun ros, eun dzano, eun coulour di tsetagne, eun ner é eun bé pou avó dé belle piume dé totte coulour, qu’y ae a non Quiquiriquì.
La dénouna a ivrae lo guetset é a lichae libre lé dzeleunne pé lo verdzì: «Pió, pió, pió, sourtì polaille... pió, pió... »
Eun gró móchet jouéyae todzor lé dzeleunne -“Vito ou tar lé tchâpo”- i pènsae,
toteun intsalae pa aproutsi-che avó lo pou, qu’i fijae todzor bouna varda.
Lo móchet y ére tracassì: «Sé-lai y ét tro furbo, créo qu’i n’èi-poue dé mâtèn pé lo donté!»
Eun dzor qué lo pou carpeussae outor dou moué dé fumì pé tsertsì dé ver é lé dzeleunne carcassaon tranquille, lo móchet i ché dit: «... É bén, mon polén paquiolà, té pènsao fén, ma pa prou pé si có. T’é belle in trèn dé té distrére».
Lo pou y ét dintor lé ver é lo móchet piombe désù na dzeleunna. Qué senégôga! Totte y atre dzeleunne fan eun guiguêr moustre, volaton dapertot avó lé créte qui trèmbion dé pouire!
Adónca lo pou i soutte désù lo móchet é lé dó incouminson a batayì avó radze in ché donèn de có avó y ale é, in ché béccasèn, in ché graffinèn é totte lé piume di dóe béte vólon pé l’er.
Pé finì lo móchet i dèi scapé é catsi-che pé lo bóc: «Lo créao mae fén ma y ét co for comèn in bou é gramo comèn lo tócho!»
Lo pou y ae gagnì la bataye ma òra y ére tot piematchì, grafinà, bertolà é, rèdueut parì, intsalae pâmé ché fare vére di dzeleunne -“Lé mén belle piume son belle fotuè!”- é ché jénae talamèn qu’y é ala-che catsì dérì eun buichòn dé piquén a bran.
Lo dzor apré magràn a vat ou polayì pé doné piqué i pine é a tróve pamé lo pou -«Quiquiriquì, Quiquiriquì… é ioù qué t’ét? A y é drola sitta! De coutuma ieu y ét lo prumì qu’i arruvve can pórto lo piqué! Y ét capita-ye caque tsoza… Mé fat alé lo tsertsì!».
A sor dou polayì, a vat a l’étó, a tutte ou payì... ma dou pou gnènca l’ombra. Tanque can a vèi parétre na piuma solitéra ou mitèn dou buichòn di piquén a bran.
Adonca a ché aprótse, a vèi la póra béte a la prèn in bras, a la caresse é a comprèn sèn qu’y ét capita-ye: «Ô, la mén póra béquetta… tracasa-té pa! Òra té soégnèn é lo tén bé piemâdzo i tórne-poue crétre peu bé é peu luiyèn qué dévàn ».
Dé sé dzór tot lo veladzo y at reuspéttà, comèn na réna, lo pou Quiquiriquì é pamé gneun móchet y at intsalà aproutsi-che ou polayì.

italiano

Le coq et l'épervier

Grand-mère avait dix poules, quatre poussins, un jaune, un rouge, un marron, un noir et un beau coq aux belles plumes multicolores qui s'appelait Quiquiriqui.
L'après-midi elle ouvrait un petit guichet et laissait sortir ses poules dans le verger : « Pii, pii, sortez mes poules…pii, pii ».
Un gros épervier guettait toujours les poules. « Tôt ou tard, je vous attraperai ». Toutefois il ne se hasardait pas à s'approcher car le coq faisait toujours bonne garde.
L’épervier était tracassé : « Celui-là est trop malin, j’aurais des problèmes à le dresser ! ».
Un jour pendant que le coq était en train de gratter dans le tas de fumier pour chercher des vers blancs, l'épervier s’exclama : « Mon cher coq coloré, rusé je te croyais. Mais pas assez pour cette fois. Tu viens de commettre une belle erreur». Profitant de la distraction du coq, il vola sur une poule.
Quelle confusion ! Dans peu de temps, toutes les autres poules se sont mises à crier et à voleter. Leurs crêtes tremblaient de peur. Le coq alors a sauté sur l'épervier et une grande bataille a commencé.
Luttes, coups d’ailes, becquées, griffures ; les plumes des deux animaux volent dans l'air.
A la fin l'épervier a dû céder et se retirer vers le bois : « Je croyais qu’il était seulement rusé, mais sa force et sa méchanceté sont inouïes »; l'autre était trop méchant.
Le coq avait gagné mais il était resté presque sans plumes et, tout égratigné et ainsi réduit, il n'osait même plus se montrer aux poules. « Mes belles plumes elles ne pousseront plus ». Tout mortifié il alla se cacher derrière un arbre.
Grand-mère, le jour d'après, quand elle est allée donner manger aux poules, s'est aperçue que le coq manquait. « Quiquiriqui…, Quiquiriqui ! Drôle…d’habitude il arrive toujours le premier en montrant ses belles plumes ! Que s’est-il passé ? J’irai le chercher ! ».
Alors grand-mère sortit du poulailler, elle regarda dans l’étable, elle chercha au fenil…mais aucune trace du coq …jusqu’à ce qu’elle aperçoive une plume derrière l’arbre du verger, le seule restée sur la queue du coq.
Alors elle s’est approchée de l’arbre, elle a caressé la pauvre bête et l’a serrée contre son cœur : «Mon cher coq, ne t’inquiète pas, on va te soigner, et tes belles plumes repousseront plus belles et plus grandes qu'avant ».
Depuis ce jour le coq Quiquiriqui devint l’idole de tout le village et plus aucun épervier n’osa s’approcher de son poulailler.

Tiré de : Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome I, Histoires d’animaux, Rita Decime, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

français

Le coq et l'épervier

Grand-mère avait dix poules, quatre poussins, un jaune, un rouge, un marron, un noir et un beau coq aux belles plumes multicolores qui s'appelait Quiquiriqui.
L'après-midi elle ouvrait un petit guichet et laissait sortir ses poules dans le verger : « Pii, pii, sortez mes poules…pii, pii ».
Un gros épervier guettait toujours les poules. « Tôt ou tard, je vous attraperai ». Toutefois il ne se hasardait pas à s'approcher car le coq faisait toujours bonne garde.
L’épervier était tracassé : « Celui-là est trop malin, j’aurais des problèmes à le dresser ! ».
Un jour pendant que le coq était en train de gratter dans le tas de fumier pour chercher des vers blancs, l'épervier s’exclama : « Mon cher coq coloré, rusé je te croyais. Mais pas assez pour cette fois. Tu viens de commettre une belle erreur». Profitant de la distraction du coq, il vola sur une poule.
Quelle confusion ! Dans peu de temps, toutes les autres poules se sont mises à crier et à voleter. Leurs crêtes tremblaient de peur. Le coq alors a sauté sur l'épervier et une grande bataille a commencé.
Luttes, coups d’ailes, becquées, griffures ; les plumes des deux animaux volent dans l'air.
A la fin l'épervier a dû céder et se retirer vers le bois : « Je croyais qu’il était seulement rusé, mais sa force et sa méchanceté sont inouïes »; l'autre était trop méchant.
Le coq avait gagné mais il était resté presque sans plumes et, tout égratigné et ainsi réduit, il n'osait même plus se montrer aux poules. « Mes belles plumes elles ne pousseront plus ». Tout mortifié il alla se cacher derrière un arbre.
Grand-mère, le jour d'après, quand elle est allée donner manger aux poules, s'est aperçue que le coq manquait. « Quiquiriqui…, Quiquiriqui ! Drôle…d’habitude il arrive toujours le premier en montrant ses belles plumes ! Que s’est-il passé ? J’irai le chercher ! ».
Alors grand-mère sortit du poulailler, elle regarda dans l’étable, elle chercha au fenil…mais aucune trace du coq …jusqu’à ce qu’elle aperçoive une plume derrière l’arbre du verger, le seule restée sur la queue du coq.
Alors elle s’est approchée de l’arbre, elle a caressé la pauvre bête et l’a serrée contre son cœur : «Mon cher coq, ne t’inquiète pas, on va te soigner, et tes belles plumes repousseront plus belles et plus grandes qu'avant ».
Depuis ce jour le coq Quiquiriqui devint l’idole de tout le village et plus aucun épervier n’osa s’approcher de son poulailler.

Tiré de : Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome I, Histoires d’animaux, Rita Decime, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

Annexes