L’ours è lou pitchoù berdzì

Commune: Saint-Marcel
Catégorie: Contes pour enfants

Didén in pitchoù mitcho 'oulet protso di bóou viqui'ouvon in viouc ommo avoué lou sén-o nèveui. I vardóvon in troupéi dè fèye dè dovve couleur lè-h-eun l’ion blan è lè-h-otre nér.
Lou bòtcha alove lardzì lè fèye pè lou bóou. In caè'èn lou pi flatoulì di bertoulat i dic : « Dzou 'é què voudrèîc piqué l’erba fréitse di pro, ma llé dèi-poue éitre 'èiyaye è imbléitéye î paillic pè vou bâillì piqué d’ivér ».
Pè lou bóou, po llouèn di mitcho, y aviye in pro avoué an pitchouda goille î mèntèn. Lou pitchoù berdzì sè arèitove lé tcheu lè dzor dèvàn què èmboué è : « … duzuvouet… trèntècattro… séncanta… », i contove lè sén-e fèye di tèn què i bèyouvon.
In dzor, mique l’ie lé, y a vuc aruvé in gróou ours : « Lou bóou l’è lou min-o domène è lè tén-e béitche y an po rèn a fae 'é ! », dic l’ours què i 'èmblove désidó a attaqué in bertóou. Lou berdzì adòn lou supplie : « Pè plèiric, tòtsa po lou min-o troupéi ! Lou min-o gran dòon è mè n’èn po què 'èn pè vîvre ». L’ours adòn y a lèvo-se tò dret dè'uc lè patte dè dèréi è y a deut : « Vouic tè bâillì an poussibilitò. Sè tou indévén-e lou min-o èyadzo dzou tòtso po-poue lè tén-e fèye. Tou pouc lèi pén'é tanque doumàn, dzou tórno-poue 'é doumàn a la mima euya ».
Lou berdzì, tò épouvantó l’è tórnoù vîto î mitcho è y a contó la sén-a avènteua î gran dòon ; lou viouc rèflèisèi in moumàn dèvàn què déye : « Traca'a-te po, min-o pitchoù, nou lou gagnèn bén-poue ! D’otra par il è po deut què gróou ours fi'e pi fén què viouc ommo. Oué dèi noun-a tou vo, coumèn dè coutunma, lardzì lou troupéi pè lou bóou ; in mimo tèn, tou rama'e-poue totte lè couquéille di pè'e què tou trouve è tou coppe-poue lè pitchoù ran fouilluc a totte lè verne què tou trouve-poue ».
Lou pitchoù berdzì y a fé coumèn y aviye deu lou sén-o gran dòon : y a ramassà in dzèn 'ò dè couquéille è dè ran fouilluc què y a imbléitó î bor dè la goille è, î 'oulèi èntrèn, y a atacó-le a dè fiselle tèriaye d’an planta a l’otra î tor dè la 'óouye.
Apréi tot 'éi travaill y a pén'ó : « 'î cóou i mè reste pomì d’otro a fae què mè catsì dèréi in bouèi'ón è
atèndre ».
Can la leunna l’è ortiya, l’ours y a moutro-se. Surprèi, y a lèvo-se dret dè'uc lè patte dè dèréi è l’è 'oubró botse iiverta :
« Què dè biine…Què dè foillettine…
Mougré lè min-e sènt an, nèn n’i zamì vuc ótàn ! »

Can la leunna l’è èntréye, lou berdzì, què y aviye bièn èntuc, y a quittó la sén-a catsetta è l’è tórnoù in tsi lluc tò contèn : « Ah aaah ! Lou min-o gran dòon y a fran avuc an idé formidabla ».
Lou dzor apréi, l’è aló a la mima 'óouye avoué lè sén-e fèye. Tò d’én cóou l’ours l’et aruvó in sè
nantaillèn. Y a lèvo-se tò dret dè'uc lè patte dè dèréi è y a démandó : « Adòn, 'o-teu mè déye quén l’è lou min-o èyadzo ? ».
« T’o sènt an - y a répondu-llei lou berdzì - l’è euya què tou t’èn alèye ! ».
Dè malé'e l’ours y a morduc-se an patta è l’è scappó î fon di bóou dè ieui l’è zamì pleu tórnoù.

italiano

L'ours et le petit berger

Dans une petite maison isolée près du bois vivaient un vieil homme et son petit-fils. Ils gardaient un troupeau de moutons dont certains étaient blancs et d’autres noirs.
L’enfant menait les moutons paître dans le bois. Caressant le plus câlin il dit :« Je sais que vous aimeriez manger le frais herbage de la prairie, mais elle devra être fauché et entassé dans le fenil pour vous nourrir pendant l'hiver ».
Dans le bois, non loin de la maison, il y avait un pré avec un petit étang au milieu. Le petit berger s'arrêtait là tous les jours avant de rentrer et : « …dix-huit,… trente-quatre…, cinquante ». Il comptait ses moutons pendant qu'ils s'abreuvaient.
Un jour, alors qu'il était là, il a vu arriver un grand ours: « Le bois est mon domaine et tes bêtes n'ont rien à faire ici ! » dit l’ours en faisant mine d’attaquer les moutons.
Le berger donc le supplia : « Je t'en prie, épargne mon troupeau ! Mon grand-père et moi, nous n'avons que cela pour vivre ».
L'ours alors se dressa sur ses pattes de derrière et dit: « Je veux bien te donner une chance. Si tu devines mon âge, j'épargnerai tes moutons. Tu peux y penser jusqu'à demain, je reviendrai ici à la même heure ».
Le berger affolé rentra aussitôt, et il raconta son aventure à son grand-père. L'aïeul réfléchit un instant, avant de dire : « Ne t'en fais pas, mon petit, nous l'aurons ! D'ailleurs, il n'est pas dit que gros ours soit plus malin que vieil homme... Cet après-midi tu vas, comme d'habitude, faire paître le troupeau dans le bois ; entre temps, tu ramasseras toute les pommes de pin que tu verras et tu couperas des branchettes feuillues à tous les aulnes que tu trouveras ».
Le petit berger fit comme avait dit son grand-père, il ramassa des quantités de pommes de pin et de branchettes feuillues qu'il amoncela au bord de la mare et au coucher du soleil, il les attacha à des ficelles qu'il tendit d'un arbre à l'autre, autour de la clairière. Après tout ce travail, il pensa : « Maintenant il ne me reste rien d’autre à faire que de me cacher derrière un buisson et attendre ».
Quand la lune se leva, l'ours apparut. Surpris, il se dressa sur ses pattes de derrière et resta bouche bée : « Que de boboroille... Que de foforoille... Malgré mes cent ans, je n’en ai jamais vu autant ! ».
Quand la lune se coucha, le berger, qui avait bien entendu, quitta sa cachette et revint chez lui tout content : « Ah aaah, mon grand-père a vraiment eu une grandiose idée ! ».
Le lendemain, il alla à la clairière abreuver ses moutons. Aussitôt, l'ours arriva en se dandinant. Il se leva sur ses pattes de derrière et demanda: « Alors, sais-tu me dire quel est mon âge? ».
« Tu as cent ans, lui répondit le garçon, et il est temps que tu t'en ailles! ».
De rage l'ours se mordit une patte et s'enfuit au fond du bois d'où il ne revint jamais plus.

Tiré de : Alexis Bétemps et Lidia Philippot, Merveilles dans la vallée - Le Val d’Aoste conté - Collection «Le miel des contes», Imprimerie Slatkine, Genève 2006

français

L'ours et le petit berger

Dans une petite maison isolée près du bois vivaient un vieil homme et son petit-fils. Ils gardaient un troupeau de moutons dont certains étaient blancs et d’autres noirs.
L’enfant menait les moutons paître dans le bois. Caressant le plus câlin il dit :« Je sais que vous aimeriez manger le frais herbage de la prairie, mais elle devra être fauché et entassé dans le fenil pour vous nourrir pendant l'hiver ».
Dans le bois, non loin de la maison, il y avait un pré avec un petit étang au milieu. Le petit berger s'arrêtait là tous les jours avant de rentrer et : « …dix-huit,… trente-quatre…, cinquante ». Il comptait ses moutons pendant qu'ils s'abreuvaient.
Un jour, alors qu'il était là, il a vu arriver un grand ours: « Le bois est mon domaine et tes bêtes n'ont rien à faire ici ! » dit l’ours en faisant mine d’attaquer les moutons.
Le berger donc le supplia : « Je t'en prie, épargne mon troupeau ! Mon grand-père et moi, nous n'avons que cela pour vivre ».
L'ours alors se dressa sur ses pattes de derrière et dit: « Je veux bien te donner une chance. Si tu devines mon âge, j'épargnerai tes moutons. Tu peux y penser jusqu'à demain, je reviendrai ici à la même heure ».
Le berger affolé rentra aussitôt, et il raconta son aventure à son grand-père. L'aïeul réfléchit un instant, avant de dire : « Ne t'en fais pas, mon petit, nous l'aurons ! D'ailleurs, il n'est pas dit que gros ours soit plus malin que vieil homme... Cet après-midi tu vas, comme d'habitude, faire paître le troupeau dans le bois ; entre temps, tu ramasseras toute les pommes de pin que tu verras et tu couperas des branchettes feuillues à tous les aulnes que tu trouveras ».
Le petit berger fit comme avait dit son grand-père, il ramassa des quantités de pommes de pin et de branchettes feuillues qu'il amoncela au bord de la mare et au coucher du soleil, il les attacha à des ficelles qu'il tendit d'un arbre à l'autre, autour de la clairière. Après tout ce travail, il pensa : « Maintenant il ne me reste rien d’autre à faire que de me cacher derrière un buisson et attendre ».
Quand la lune se leva, l'ours apparut. Surpris, il se dressa sur ses pattes de derrière et resta bouche bée : « Que de boboroille... Que de foforoille... Malgré mes cent ans, je n’en ai jamais vu autant ! ».
Quand la lune se coucha, le berger, qui avait bien entendu, quitta sa cachette et revint chez lui tout content : « Ah aaah, mon grand-père a vraiment eu une grandiose idée ! ».
Le lendemain, il alla à la clairière abreuver ses moutons. Aussitôt, l'ours arriva en se dandinant. Il se leva sur ses pattes de derrière et demanda: « Alors, sais-tu me dire quel est mon âge? ».
« Tu as cent ans, lui répondit le garçon, et il est temps que tu t'en ailles! ».
De rage l'ours se mordit une patte et s'enfuit au fond du bois d'où il ne revint jamais plus.

Tiré de : Alexis Bétemps et Lidia Philippot, Merveilles dans la vallée - Le Val d’Aoste conté - Collection «Le miel des contes», Imprimerie Slatkine, Genève 2006

Annexes