L’ors é lo petcheu berdzé

Commune: Antey-Saint-André
Catégorie: Contes pour enfants
Pour entendre l'audio vous avez besoin de Adobe Flash Player. Vous pouvez cliquer sur l'image 'Get Adobe Flash player' pour l'installer.
Get Adobe Flash player

Dedeun én vioù métcho izoló, protcho dou beuc, y ittivan én vioù avoué lo chén névoù.
I vardévon, énsembio, én tropé dé fèye qué lo dzoveunno menéve chovèn lardzé ou beuc perquè l’erbadzo di pro i dèyéve étre sèyé é amouéló dedeun la grandze pé nourì lé bétche to lo lon dé l’ivér.
Ou métèn dou beuc, po tan louèn dou métcho, y ave eunna petcheuda piase ioù qu’i ave én gordzà, eunna goille alimentoye dé eunna rivva qu’i prenéve l’éve dou Gran Ru.
Lo petcheu berdzé i ch’arétéve tcheu lé dzor lé, pé contà lé chén bétche, ou ten qué llor i ch’abèévon.
Én dzor qu’i éve én tren d’abèà lo chén tropé én gran ors i lle vén a l’éncontre.
« Lo beuc y é a mè é te dèi pomé vinì seuya ! », i lle di l’ors én fézèn sembiàn dé volé lle medzé lé bétche.
Lo berdzé i lle répón : « Meudze po lé mén fèye, pappagràn é mè n’en maque sen pé vivre ».
Adón l’ors i ché drése su lé patte dé déré é i lle di : « Dze vouì bén té bayé eunna possebeletó. Si t’é bon a devenà lo mén éyadzo dze té meudzo po lé tén bétche é te léso poué tranquillo. No no véyèn démàn seuya a seutta méma oua ».
É apré què l’ors y a deu sen i ch’en é aló ou fon dou beuc.
Lo berdzé, tot épouèó, i torne vitto i métcho é i conte sen qué y éve capitó a pappagràn.
« Tracase-tè po, mon petcheu - i lle di lo vioù é sayo ommo - én gran ors y é po peu malén qu’én vioù ommo », é i lle spleuque sen qu’i faléve fae : « Apré denà te va, comèn la coutumma, lardzé lo tropé ou méntèn dou beuc. Entre ten, te ramase totte lé béguine qué te vèi é te coppe totte lé ranme dé verna meoye dé foille qué te pouì trovà ».
Lo berdzé i fé comèn lo chén pappagràn y a deu, i couiille totte lé béguine qu’i pouì trovà é i pren totte lé ranme pién-e dé foille di verne lo lon dou torón é y amouéle tot protcho dé la goille, ioù qué lé fèye y alévon bée.
Apré qué lo solèi i ch’é catsé, apré avé portó lé fèye a l’éteu, i torne ou beuc é i pren lé béguine é lé brantse é i lé-z-ataque énsembio avoué dé fiselle é i lé groppe d’én abro a l’otro tot outor dé la piase, lé ioù qu’i savéve qué l’ors i sareu pasó.
Apré so, i ché catsé déré lé bouésón é y atèn.
Can la leunna i ch’é lévoye, l’ors, én tren dé ché pormonà, i pase per lé, i vèi totte seutte béguine é seutte foille é tot seurpré i ché drése su lé patte dé déré é i comense a dansé é a tsantà : « Qué dé boboroille…, qué dé foforoille…, malgré mé sent an, n’é jamé yeuvve tan ! ».
Can la leunna i ch’é torna catchà, lo dzoveunno, qu’i ave bièn icoutó, i queutte lo beuc é i torne én tsé llu.
Lo lendémàn i va a la goille ou métèn dou beuc abèà lé fèye é to sebeu vouèlà qu’i aruve l’ors. L’ors i ché léve su lé patte dé déré, gran é ot, é i démande ou petcheu berdzé : « Adón, so-teu mé deue lo mén éyadzo ? ».
« Teu, t’o sent an ! », i lle di lo dzoveunno.
Tot énradzé l’ors i comprèn la chén fota, i ché mor eunna patta é i ch’en va louèn ou fon dou beuc. Dé si momàn lé gneun i l’a pomé vu.

Tiré de : Alexis Bétemps et Lidia Philippot, Merveilles dans la vallée - Le Val d’Aoste conté - Collection Le miel des contes, Imprimerie Slatkine, Genève, 2006.

italiano

L'ours et le petit berger

Dans une petite maison isolée près du bois vivaient un vieil homme et son petit-fils. Ils gardaient un troupeau de moutons dont certains étaient blancs et d’autres noirs.
L’enfant menait les moutons paître dans le bois. Caressant le plus câlin il dit :« Je sais que vous aimeriez manger le frais herbage de la prairie, mais elle devra être fauché et entassé dans le fenil pour vous nourrir pendant l'hiver ».
Dans le bois, non loin de la maison, il y avait un pré avec un petit étang au milieu. Le petit berger s'arrêtait là tous les jours avant de rentrer et : « …dix-huit,… trente-quatre…, cinquante ». Il comptait ses moutons pendant qu'ils s'abreuvaient.
Un jour, alors qu'il était là, il a vu arriver un grand ours: « Le bois est mon domaine et tes bêtes n'ont rien à faire ici ! » dit l’ours en faisant mine d’attaquer les moutons.
Le berger donc le supplia : « Je t'en prie, épargne mon troupeau ! Mon grand-père et moi, nous n'avons que cela pour vivre ».
L'ours alors se dressa sur ses pattes de derrière et dit: « Je veux bien te donner une chance. Si tu devines mon âge, j'épargnerai tes moutons. Tu peux y penser jusqu'à demain, je reviendrai ici à la même heure ».
Le berger affolé rentra aussitôt, et il raconta son aventure à son grand-père. L'aïeul réfléchit un instant, avant de dire : « Ne t'en fais pas, mon petit, nous l'aurons ! D'ailleurs, il n'est pas dit que gros ours soit plus malin que vieil homme... Cet après-midi tu vas, comme d'habitude, faire paître le troupeau dans le bois ; entre temps, tu ramasseras toute les pommes de pin que tu verras et tu couperas des branchettes feuillues à tous les aulnes que tu trouveras ».
Le petit berger fit comme avait dit son grand-père, il ramassa des quantités de pommes de pin et de branchettes feuillues qu'il amoncela au bord de la mare et au coucher du soleil, il les attacha à des ficelles qu'il tendit d'un arbre à l'autre, autour de la clairière. Après tout ce travail, il pensa : « Maintenant il ne me reste rien d’autre à faire que de me cacher derrière un buisson et attendre ».
Quand la lune se leva, l'ours apparut. Surpris, il se dressa sur ses pattes de derrière et resta bouche bée : « Que de boboroille... Que de foforoille... Malgré mes cent ans, je n’en ai jamais vu autant ! ».
Quand la lune se coucha, le berger, qui avait bien entendu, quitta sa cachette et revint chez lui tout content : « Ah aaah, mon grand-père a vraiment eu une grandiose idée ! ».
Le lendemain, il alla à la clairière abreuver ses moutons. Aussitôt, l'ours arriva en se dandinant. Il se leva sur ses pattes de derrière et demanda: « Alors, sais-tu me dire quel est mon âge? ».
« Tu as cent ans, lui répondit le garçon, et il est temps que tu t'en ailles! ».
De rage l'ours se mordit une patte et s'enfuit au fond du bois d'où il ne revint jamais plus.

Tiré de : Alexis Bétemps et Lidia Philippot, Merveilles dans la vallée - Le Val d’Aoste conté - Collection «Le miel des contes», Imprimerie Slatkine, Genève 2006

français

L'ours et le petit berger

Dans une petite maison isolée près du bois vivaient un vieil homme et son petit-fils. Ils gardaient un troupeau de moutons dont certains étaient blancs et d’autres noirs.
L’enfant menait les moutons paître dans le bois. Caressant le plus câlin il dit :« Je sais que vous aimeriez manger le frais herbage de la prairie, mais elle devra être fauché et entassé dans le fenil pour vous nourrir pendant l'hiver ».
Dans le bois, non loin de la maison, il y avait un pré avec un petit étang au milieu. Le petit berger s'arrêtait là tous les jours avant de rentrer et : « …dix-huit,… trente-quatre…, cinquante ». Il comptait ses moutons pendant qu'ils s'abreuvaient.
Un jour, alors qu'il était là, il a vu arriver un grand ours: « Le bois est mon domaine et tes bêtes n'ont rien à faire ici ! » dit l’ours en faisant mine d’attaquer les moutons.
Le berger donc le supplia : « Je t'en prie, épargne mon troupeau ! Mon grand-père et moi, nous n'avons que cela pour vivre ».
L'ours alors se dressa sur ses pattes de derrière et dit: « Je veux bien te donner une chance. Si tu devines mon âge, j'épargnerai tes moutons. Tu peux y penser jusqu'à demain, je reviendrai ici à la même heure ».
Le berger affolé rentra aussitôt, et il raconta son aventure à son grand-père. L'aïeul réfléchit un instant, avant de dire : « Ne t'en fais pas, mon petit, nous l'aurons ! D'ailleurs, il n'est pas dit que gros ours soit plus malin que vieil homme... Cet après-midi tu vas, comme d'habitude, faire paître le troupeau dans le bois ; entre temps, tu ramasseras toute les pommes de pin que tu verras et tu couperas des branchettes feuillues à tous les aulnes que tu trouveras ».
Le petit berger fit comme avait dit son grand-père, il ramassa des quantités de pommes de pin et de branchettes feuillues qu'il amoncela au bord de la mare et au coucher du soleil, il les attacha à des ficelles qu'il tendit d'un arbre à l'autre, autour de la clairière. Après tout ce travail, il pensa : « Maintenant il ne me reste rien d’autre à faire que de me cacher derrière un buisson et attendre ».
Quand la lune se leva, l'ours apparut. Surpris, il se dressa sur ses pattes de derrière et resta bouche bée : « Que de boboroille... Que de foforoille... Malgré mes cent ans, je n’en ai jamais vu autant ! ».
Quand la lune se coucha, le berger, qui avait bien entendu, quitta sa cachette et revint chez lui tout content : « Ah aaah, mon grand-père a vraiment eu une grandiose idée ! ».
Le lendemain, il alla à la clairière abreuver ses moutons. Aussitôt, l'ours arriva en se dandinant. Il se leva sur ses pattes de derrière et demanda: « Alors, sais-tu me dire quel est mon âge? ».
« Tu as cent ans, lui répondit le garçon, et il est temps que tu t'en ailles! ».
De rage l'ours se mordit une patte et s'enfuit au fond du bois d'où il ne revint jamais plus.

Tiré de : Alexis Bétemps et Lidia Philippot, Merveilles dans la vallée - Le Val d’Aoste conté - Collection «Le miel des contes», Imprimerie Slatkine, Genève 2006

Annexes