Lo Rivioù

Commune: Montjovet
Catégorie: Poèmes
Pour entendre l'audio vous avez besoin de Adobe Flash Player. Vous pouvez cliquer sur l'image 'Get Adobe Flash player' pour l'installer.
Get Adobe Flash player

Lo matén bén dévàn dzor y a lévà
é apré na pora boconà y a tacà Gouà
pasà Trèisire y a tchapà lo viòn dé Pialòn é d’Érèn.
Y ire incò net, ma la sapa travayave dza,
dove teppe d’éque,
na péra dé lé,
cahque boyane a topé,
dove piante a copé.
A midzor protso dé la Serva
a l’ombra dé na brénva,
y a ferma-se mindzì in toc dé pan nér é dé fromadzo,
na gotta dé bon vén, é apré na pipada,
to solet , y a tsantà pé in lon toquet.
Y a tornà i miquio qué y ire dza net,
do minà y an galopà attaqué-se i sén pantalòn in rièn,
aloura lo sen cor y a coménchà a tsanté, tsanté to contèn.
Ou péyo, asétà dévàn in piaté dé mééhtra tsada
y at ahcoutà lé conte dé la feméla é di minà.
To piàn piàn lé-z-ouèi y an quioudu-se
é la téhta y a colà désù la tabia.
Lo Rivioù y è lagnà.
Itèn quièi… lo Rivioù dor.

italiano

Le Gardien de l'eau

Le matin, bien avant le jour, il s’est levé
Et après un modeste petit-déjeuner il est parti pour Guaz :
Après Trèisire il a pris le sentier de Pialon et d’Hérin.
Il faisait encor noir, mais la pioche travaillait déjà,
Deux mottes par ici,
Une pierre par là,
Quelques failles à boucher
Deux plantes à couper.
A midi, près de La Serva
A l’ombre d’un mélèze,
Il s’est arrêté pour manger un morceau de pain noir avec du fromage,
Une goutte de bon vin, et après avoir fumé la pipe,
Tout seul, il a chanté un bon moment.
Il est rentré chez-lui alors qu’il était déjà nuit,
Deux enfants ont couru s’agripper à ses pantalons en riant,
Alor son cœur a commencé à chanter, chanter tout content.
Dans la salle, assis devant une assiette de soupe chaude
Il a écouté les récits de sa femme et de ses enfants.
Tout doucement ses yeux se sont fermés
Et sa tête a glissée sur la table.
Le Gardien est fatigué.
Taisons nous… le Gardien dort.

français

Le Gardien de l'eau

Le matin, bien avant le jour, il s’est levé
Et après un modeste petit-déjeuner il est parti pour Guaz :
Après Trèisire il a pris le sentier de Pialon et d’Hérin.
Il faisait encor noir, mais la pioche travaillait déjà,
Deux mottes par ici,
Une pierre par là,
Quelques failles à boucher
Deux plantes à couper.
A midi, près de La Serva
A l’ombre d’un mélèze,
Il s’est arrêté pour manger un morceau de pain noir avec du fromage,
Une goutte de bon vin, et après avoir fumé la pipe,
Tout seul, il a chanté un bon moment.
Il est rentré chez-lui alors qu’il était déjà nuit,
Deux enfants ont couru s’agripper à ses pantalons en riant,
Alor son cœur a commencé à chanter, chanter tout content.
Dans la salle, assis devant une assiette de soupe chaude
Il a écouté les récits de sa femme et de ses enfants.
Tout doucement ses yeux se sont fermés
Et sa tête a glissée sur la table.
Le Gardien est fatigué.
Taisons nous… le Gardien dort.

Annexes