Lo Carnaval de la Comba Frèida

Commune: Charvensod
Catégorie: Ethnologie

Deun la Comba Frèida l’é co bièn vif eun carnaval que l’a maouroù lo lon di siéclle é que manteun euncó de trase di viille magniye de féye.
No sen que deun l’an 1464, l’évéque d’Outa Mgr François de Prez se plen di-z-ommo mascroù que fan le mat, pe le reuvve de Veulla, avouì de son-aille (tintinabula vaccarum) si leue arbeillemèn é de corne di djablo eun tita. Pi taa deun lo ten n’en euncó d’atestachón que no végnon di documàn de l’Éillize é que jénéralemàn son de méprì.
Mi la conta di Carnaval de la Comba Frèida l’é surtoù orala é le retsertse que son itaye féte eun acoutèn le souvin-ì di vioù, no-z-èidjon a arevé tanque i comensemèn di veuntchimo siéclle.
Lo Carnaval comenche to de chouitte aprì lo dzô di Réi.
Tsaque quemeun-a l’a sa « benda », son Carnaval, que semble a si di-z-atre, belle eungn avèn can mimo caque petchoude difiense deun le personadzo é deun la magniye de lo féye. Le djouyaou de mezeucca ivron la rentchà di mascre. Lo clavasseun é lo clarinet pouchon pa manquì. Dérì le djouyaou, n’a la « gueudda » avouì la bandjèira di Carnaval é eungn eunstrumàn a èe. L’é lli que dirije la prosechón é rapelle l’odre i mascre. Aprì, dou a dou, a cobble de couleue, le « landzette » avanchon eun danchèn, avouì le bri dret si pe l’èe é eun féyèn viondé la quia. L’an d’arbeillemèn coloroù, to plen de meriaou é de paillette. L’an eun casque garnì de fleue féte ató de papì coloroù é de paillette rémendaye, bettoù eun tita deun lo sans de la londjaou. L’an eunna groussa sentchouiye garniya de « gorgoillón » que sopaton to lo lon di tsemeun. Le « landzette » de Doues é d’Allein se dicherdon di-z-atre perqué leue son totte rodze é beutton lo casque di traèe a la magniye de Napoléón. Semble, selón eunna sertèin-a tradechón, que l’orijine di Carnaval vegnèye fran de lli (Napoléón). Deun la gran partiya di « bende », dérì la gueudda n’a le demouazelle é le-z-« Arléqueun ». Son de mascre jantile que la coutimma fan pa de maronade. A la feun de la rentchà di mascre arrevon lo « toc » é la « tocca », lo toquet é la toquetta, mascroù comme de personne viille que queutton pa de se bécachì, divouroù de la voya de se féye vére eun mioù que l’atro a sise que le-z-avèitson. Euncó dérì, n’a l’ours, la bitche que fa pensé a l’ifouryì é a la fertilitoù, tegnì a la corda de si que l’a lo contcho de lo drichì. Aprì chouivon co d’atre personadzo, que l’é pa obligatouéo que lèi sèyan, comme lo medeseun é se-z-asistèn é lo djablo ató sa tren.
Lo Carnaval de la Comba Frèida l’é eunna fita totta locala, deun lo sans que son sisse dou llouà que l’apreston é que la fan fran djeusto pe leue. N’a pa ni d’ateue, ni de spétateue. Tcheut sisse di veulladzo fa que féyèyan caétsouza, i mouèn que l’èyan eun deuille ou eun maladdo gravo eun fameuille. Lo mondo atèn la « benda » devàn leue méizón é lèi apreston de bèye é de medjì.
Bièn plachà deun l’istouére, lo Carnaval tsandze selón le progré de la sochétoù que lo fé. Le costume son fé mioù é son pi dzen garnì, lo tsemeun l’é todzoo pi lon perqué le méizón noue son batiye tchicca foua di veulladzo é pamì tan protso eunna de l’atra. De coutimma ara eun résèi pamì la « benda » i mitcho é si le table n’a de tot pe medjì é bèye, le-z-esquiers son pamì pèi grouchì qu’én cou é l’é pamì gnenca coudzì de pa se féye cougnitre. Seutta manifestachón, qu’eun cou l’èye surtoù pe le-z-ommo é pe le grou, l’é ara eunna trentèin-a d’an que l’é iverta i fenne é i méinoù.

Coblet icrì de Alexis Bétemps

italiano

Le Carnaval de la Combe-Froide

Dans la Combe-Froide, est encore bien vivant, un carnaval, mûri à travers les siècles, qui conserve les traces de rituels anciens.
Nous savons qu’en 1464 l’évêque d’Aoste Mgr François de Prez se plaint des hommes masqués, sévissant dans les rues de la cité, portant sur leurs vêtements des clochettes (tintinnabula vaccarum) et des cornes diaboliques sur leurs têtes. Quelques attestations successives nous viennent aussi de documents ecclésiastiques, généralement de blâme.
Mais l’histoire du Carnaval de la « Comba Frèide » est essentiellement orale et les enquêtes accomplies nous permettent de remonter, par les souvenirs des hommes, jusqu’au début du vingtième siècle.
Le Carnaval commence à l’Epiphanie, « apréi lé Rèi ».
Chaque commune a sa propre « benda », son propre carnaval, qui ressemble à celui des autres tout en étant cependant légèrement différent dans ses personnages et dans son déroulement. Le défilé est ouvert par les joueurs, qui peuvent aussi ne pas être masqués. L’accordéon et la clarinette sont de rigueur. Derrière les joueurs, il y a « la gueudda », le guide avec le drapeau du Carnaval et un instrument à vent. C’est lui qui dirige le cortège et rappelle à l’ordre les masques. Puis, deux par deux, par couples de couleur, les « landzette » avancent en dansant, le bras tendu en l’air et en tournant la queue. Elles portent des redingotes colorées enrichies de miroirs et de paillettes. Elles ont un casque garni de fleurs en papier coloré et de paillettes cousues, porté dans le sens de la longueur. A la taille, elles ont un gros ceinturon (tèissonnéye) orné de grelots (gorgoillòn) qu’elles secouent tout le long du trajet. Les « landzette » de Doues et d’Allein se distinguent des autres parce qu’elles sont toutes rouges et portent le casque de travers, à la manière de Napoléon, à qui, une certaine tradition fait remonter l’origine du Carnaval. Dans la plupart des « bende », derrière le guide, marchent les « demouazelle » et les « arlequeun ». Ce sont des masques gentils qui habituellement ne participent pas aux plaisanteries. Terminant le cortège, arrivent le « toc » et la « tocca », le toqué et la toquée, déguisés en personnes âgées qui se disputent sans interruption, dévorés par une jalousie justifiée par leur attitude à l’égard du public. Toujours derrière, nous avons l’ours, animal symbolisant le printemps et la fertilité, et son dompteur qui le tient en laisse. Derrière suivent d’autres personnages encore dont la présence n’est pas rigoureusement requise, tels que le médecin avec ses assistants et le diable avec sa fourche.
Le Carnaval de la Combe Froide est une fête interne, dans le sens qu’elle est organisée par et pour les gens de l’endroit. C’est une fête globale parce qu’elle concerne toute la communauté. Il n’y a pas d'acteurs et de spectateurs. Tous les gens du village doivent jouer leur rôle durant le carnaval, à moins qu’ils ne soient en deuil ou qu’il y ait dans la famille un malade grave. Les gens attendent la « benda » devant leur maison et ont préparé à boire et à manger.
Inséré dans l’histoire, le Carnaval évolue comme la société qui le célèbre. Les costumes sont mieux garnis et soignés, le parcours devient de plus en plus longs parce que les maisons neuves sont bâties à l’orée du village et éloignées les unes des autres, l’accueil de la « benda » ne se fait presque plus à l’intérieur des maison, l’offre alimentaire est riche et varié, les plaisanteries se sont adoucies et l’anonymat n’est plus tellement de rigueur. Manifestation éminemment masculine et pour adultes, le Carnaval s’est ouvert depuis une trentaine d’années aux femmes et aux enfants.

Texte écrit par Alexis Bétemps

français

Le Carnaval de la Combe-Froide

Dans la Combe-Froide, est encore bien vivant, un carnaval, mûri à travers les siècles, qui conserve les traces de rituels anciens.
Nous savons qu’en 1464 l’évêque d’Aoste Mgr François de Prez se plaint des hommes masqués, sévissant dans les rues de la cité, portant sur leurs vêtements des clochettes (tintinnabula vaccarum) et des cornes diaboliques sur leurs têtes. Quelques attestations successives nous viennent aussi de documents ecclésiastiques, généralement de blâme.
Mais l’histoire du Carnaval de la « Comba Frèide » est essentiellement orale et les enquêtes accomplies nous permettent de remonter, par les souvenirs des hommes, jusqu’au début du vingtième siècle.
Le Carnaval commence à l’Epiphanie, « apréi lé Rèi ».
Chaque commune a sa propre « benda », son propre carnaval, qui ressemble à celui des autres tout en étant cependant légèrement différent dans ses personnages et dans son déroulement. Le défilé est ouvert par les joueurs, qui peuvent aussi ne pas être masqués. L’accordéon et la clarinette sont de rigueur. Derrière les joueurs, il y a « la gueudda », le guide avec le drapeau du Carnaval et un instrument à vent. C’est lui qui dirige le cortège et rappelle à l’ordre les masques. Puis, deux par deux, par couples de couleur, les « landzette » avancent en dansant, le bras tendu en l’air et en tournant la queue. Elles portent des redingotes colorées enrichies de miroirs et de paillettes. Elles ont un casque garni de fleurs en papier coloré et de paillettes cousues, porté dans le sens de la longueur. A la taille, elles ont un gros ceinturon (tèissonnéye) orné de grelots (gorgoillòn) qu’elles secouent tout le long du trajet. Les « landzette » de Doues et d’Allein se distinguent des autres parce qu’elles sont toutes rouges et portent le casque de travers, à la manière de Napoléon, à qui, une certaine tradition fait remonter l’origine du Carnaval. Dans la plupart des « bende », derrière le guide, marchent les « demouazelle » et les « arlequeun ». Ce sont des masques gentils qui habituellement ne participent pas aux plaisanteries. Terminant le cortège, arrivent le « toc » et la « tocca », le toqué et la toquée, déguisés en personnes âgées qui se disputent sans interruption, dévorés par une jalousie justifiée par leur attitude à l’égard du public. Toujours derrière, nous avons l’ours, animal symbolisant le printemps et la fertilité, et son dompteur qui le tient en laisse. Derrière suivent d’autres personnages encore dont la présence n’est pas rigoureusement requise, tels que le médecin avec ses assistants et le diable avec sa fourche.
Le Carnaval de la Combe Froide est une fête interne, dans le sens qu’elle est organisée par et pour les gens de l’endroit. C’est une fête globale parce qu’elle concerne toute la communauté. Il n’y a pas d'acteurs et de spectateurs. Tous les gens du village doivent jouer leur rôle durant le carnaval, à moins qu’ils ne soient en deuil ou qu’il y ait dans la famille un malade grave. Les gens attendent la « benda » devant leur maison et ont préparé à boire et à manger.
Inséré dans l’histoire, le Carnaval évolue comme la société qui le célèbre. Les costumes sont mieux garnis et soignés, le parcours devient de plus en plus longs parce que les maisons neuves sont bâties à l’orée du village et éloignées les unes des autres, l’accueil de la « benda » ne se fait presque plus à l’intérieur des maison, l’offre alimentaire est riche et varié, les plaisanteries se sont adoucies et l’anonymat n’est plus tellement de rigueur. Manifestation éminemment masculine et pour adultes, le Carnaval s’est ouvert depuis une trentaine d’années aux femmes et aux enfants.

Texte écrit par Alexis Bétemps

Annexes