Lo carnaval dé la Coumba Frèida

Commune: Issogne
Catégorie: Ethnologie

Inte la Coumba Frèida y é co in mouì sentìn in carnaval qué y a crisà int’i sécoli é qué manteun lé trase di manire dé fare d’in cou.
Sen qué int’ou 1464, lo vehco dé Ohta, Mgr François de Prez, sé lémentove di mouresque qué dahtorbovon int’i tsemén dé la veulla é qué y avon dé sonayet atacó i patén avó, dé corne dou guiabio su la téhta.
Co pieu tar trovèn dé documèn dé l’iguize qué réprodzon heutta couhtinma.
Ma la storia dou carnaval dé la Coumba Frèida y é surtoù contoye é lé rétsertse féte in impyiyèn la mémouére di-z-ommo arivon a l’enviòn dou XX sécolo.
Lo carnaval inviounne apré lé rèi.
Tsaque quimeunna y a la sén benda, lo sén carnaval qué sembie a hi di-z-otre co sé y é quicca déférèn int’i personadzo é inte la manire dé fare.
Lé muzicàn énvron la présisiòn, sovèn lor son po masquéró, ma la fiza é lo clarén sont oublidzà.
Dèrìn la mùzica y é la « gueudda », la guida, avó la bandiéra dou carnaval é in strumèn a aria. Y é lin qué minne la présisiòn é manteun l’ordre di mouresque.
Aprì, dovve pé dovve, cobioye selòn la color di patén, lé « landzette » avanhon in danhèn lo brah dahtendìn pé l’er é in vérondèn na covva.
Son vehteuvve avó dé costùm coloró, pièn dé mèrioùn é dé payette.
Y an in tsapì bétó pé lon garnìn dé fior, dé papìn coloró é dé payette couzeuvve. Y an na grousa tchinguia pyina dé gorgoyòn qué sopaton to lo lon dou tsemén.
Lé landzette dé Doues é dé Allein sé défénonhon di-z-otre perquè son totte rosse é beutton lo tsapì dé travì, come Napoliyòn, é y ét a parte dé sé qué, sélòn la tradisiòn, y é nisà lo carnaval.
Inte caze totte lé bende, dèrìn la guida arivon lé « madamén » é lé-z-« arléquén ».
Son dé mouresque grahiouze, qué fan po dé djouà é dé sinégougue.
Dèrìn lor, arivon lo « fou » é la « foula », vehtìn da vièi, sé tabeccon tot lo ten, borgno dé dzélouzìn pé lo douet qué y an dé fare avó helle qué avéquion lo carnaval.
Dé conteun, pé dèrìn, y é l’ors, la béhquie qué réprézente lo fouris é la fertilitó, avó hi qué lo drise é lo teun atacó a na corda.
Co d’otre mouresque, qué son po nésésére, ié van apré : lé médéhén avó lé-z-infermiére ou lo guiabio avó la tren.
Lo Carnaval dé la Coumba Frèida y é fé di dzen é pé lé dzen dou post.
Y é na féhta pé touit helle qué iton lai, y é po quin fèi é quin avéque. To lo mondo y a cortsouza a fare, int’ou carnaval, a mouén qué sèye in lutto ou y avisse in malado i mitte.
La dzen atèn la benda dévàn lé mitte ayoù y an prestó da piqué é da bire.
Bétó dedeun la storia lo carnaval tsandze come lo mondo qué lo fèi. Lé costùm son pieu garnìn é couzìn pieu inviza, la présisiòn y é pieu londze perquè sé fan dé mitte nouvvo a l’entor dou veladzo é dahtacó un dé l’otro.
Sé fèi pomì entré la benda dedeun lé mitte é non ié dounne dé pieu dé bague déférente. Lé squers son mouén pizàn é y é pomì manca dé gneun faré-sé cognéhtre.
In cou y ére na féhta pé lé-z-ommo é lé grou, dé pieu eunna trentèina d’an lo carnaval y é co pé lé fémale é lé minnoù.

Texte écrit par Alexis Bétemps

italiano

Le Carnaval de la Combe-Froide

Dans la Combe-Froide, est encore bien vivant, un carnaval, mûri à travers les siècles, qui conserve les traces de rituels anciens.
Nous savons qu’en 1464 l’évêque d’Aoste Mgr François de Prez se plaint des hommes masqués, sévissant dans les rues de la cité, portant sur leurs vêtements des clochettes (tintinnabula vaccarum) et des cornes diaboliques sur leurs têtes. Quelques attestations successives nous viennent aussi de documents ecclésiastiques, généralement de blâme.
Mais l’histoire du Carnaval de la « Comba Frèide » est essentiellement orale et les enquêtes accomplies nous permettent de remonter, par les souvenirs des hommes, jusqu’au début du vingtième siècle.
Le Carnaval commence à l’Epiphanie, « apréi lé Rèi ».
Chaque commune a sa propre « benda », son propre carnaval, qui ressemble à celui des autres tout en étant cependant légèrement différent dans ses personnages et dans son déroulement. Le défilé est ouvert par les joueurs, qui peuvent aussi ne pas être masqués. L’accordéon et la clarinette sont de rigueur. Derrière les joueurs, il y a « la gueudda », le guide avec le drapeau du Carnaval et un instrument à vent. C’est lui qui dirige le cortège et rappelle à l’ordre les masques. Puis, deux par deux, par couples de couleur, les « landzette » avancent en dansant, le bras tendu en l’air et en tournant la queue. Elles portent des redingotes colorées enrichies de miroirs et de paillettes. Elles ont un casque garni de fleurs en papier coloré et de paillettes cousues, porté dans le sens de la longueur. A la taille, elles ont un gros ceinturon (tèissonnéye) orné de grelots (gorgoillòn) qu’elles secouent tout le long du trajet. Les « landzette » de Doues et d’Allein se distinguent des autres parce qu’elles sont toutes rouges et portent le casque de travers, à la manière de Napoléon, à qui, une certaine tradition fait remonter l’origine du Carnaval. Dans la plupart des « bende », derrière le guide, marchent les « demouazelle » et les « arlequeun ». Ce sont des masques gentils qui habituellement ne participent pas aux plaisanteries. Terminant le cortège, arrivent le « toc » et la « tocca », le toqué et la toquée, déguisés en personnes âgées qui se disputent sans interruption, dévorés par une jalousie justifiée par leur attitude à l’égard du public. Toujours derrière, nous avons l’ours, animal symbolisant le printemps et la fertilité, et son dompteur qui le tient en laisse. Derrière suivent d’autres personnages encore dont la présence n’est pas rigoureusement requise, tels que le médecin avec ses assistants et le diable avec sa fourche.
Le Carnaval de la Combe Froide est une fête interne, dans le sens qu’elle est organisée par et pour les gens de l’endroit. C’est une fête globale parce qu’elle concerne toute la communauté. Il n’y a pas d'acteurs et de spectateurs. Tous les gens du village doivent jouer leur rôle durant le carnaval, à moins qu’ils ne soient en deuil ou qu’il y ait dans la famille un malade grave. Les gens attendent la « benda » devant leur maison et ont préparé à boire et à manger.
Inséré dans l’histoire, le Carnaval évolue comme la société qui le célèbre. Les costumes sont mieux garnis et soignés, le parcours devient de plus en plus longs parce que les maisons neuves sont bâties à l’orée du village et éloignées les unes des autres, l’accueil de la « benda » ne se fait presque plus à l’intérieur des maison, l’offre alimentaire est riche et varié, les plaisanteries se sont adoucies et l’anonymat n’est plus tellement de rigueur. Manifestation éminemment masculine et pour adultes, le Carnaval s’est ouvert depuis une trentaine d’années aux femmes et aux enfants.

Texte écrit par Alexis Bétemps

français

Le Carnaval de la Combe-Froide

Dans la Combe-Froide, est encore bien vivant, un carnaval, mûri à travers les siècles, qui conserve les traces de rituels anciens.
Nous savons qu’en 1464 l’évêque d’Aoste Mgr François de Prez se plaint des hommes masqués, sévissant dans les rues de la cité, portant sur leurs vêtements des clochettes (tintinnabula vaccarum) et des cornes diaboliques sur leurs têtes. Quelques attestations successives nous viennent aussi de documents ecclésiastiques, généralement de blâme.
Mais l’histoire du Carnaval de la « Comba Frèide » est essentiellement orale et les enquêtes accomplies nous permettent de remonter, par les souvenirs des hommes, jusqu’au début du vingtième siècle.
Le Carnaval commence à l’Epiphanie, « apréi lé Rèi ».
Chaque commune a sa propre « benda », son propre carnaval, qui ressemble à celui des autres tout en étant cependant légèrement différent dans ses personnages et dans son déroulement. Le défilé est ouvert par les joueurs, qui peuvent aussi ne pas être masqués. L’accordéon et la clarinette sont de rigueur. Derrière les joueurs, il y a « la gueudda », le guide avec le drapeau du Carnaval et un instrument à vent. C’est lui qui dirige le cortège et rappelle à l’ordre les masques. Puis, deux par deux, par couples de couleur, les « landzette » avancent en dansant, le bras tendu en l’air et en tournant la queue. Elles portent des redingotes colorées enrichies de miroirs et de paillettes. Elles ont un casque garni de fleurs en papier coloré et de paillettes cousues, porté dans le sens de la longueur. A la taille, elles ont un gros ceinturon (tèissonnéye) orné de grelots (gorgoillòn) qu’elles secouent tout le long du trajet. Les « landzette » de Doues et d’Allein se distinguent des autres parce qu’elles sont toutes rouges et portent le casque de travers, à la manière de Napoléon, à qui, une certaine tradition fait remonter l’origine du Carnaval. Dans la plupart des « bende », derrière le guide, marchent les « demouazelle » et les « arlequeun ». Ce sont des masques gentils qui habituellement ne participent pas aux plaisanteries. Terminant le cortège, arrivent le « toc » et la « tocca », le toqué et la toquée, déguisés en personnes âgées qui se disputent sans interruption, dévorés par une jalousie justifiée par leur attitude à l’égard du public. Toujours derrière, nous avons l’ours, animal symbolisant le printemps et la fertilité, et son dompteur qui le tient en laisse. Derrière suivent d’autres personnages encore dont la présence n’est pas rigoureusement requise, tels que le médecin avec ses assistants et le diable avec sa fourche.
Le Carnaval de la Combe Froide est une fête interne, dans le sens qu’elle est organisée par et pour les gens de l’endroit. C’est une fête globale parce qu’elle concerne toute la communauté. Il n’y a pas d'acteurs et de spectateurs. Tous les gens du village doivent jouer leur rôle durant le carnaval, à moins qu’ils ne soient en deuil ou qu’il y ait dans la famille un malade grave. Les gens attendent la « benda » devant leur maison et ont préparé à boire et à manger.
Inséré dans l’histoire, le Carnaval évolue comme la société qui le célèbre. Les costumes sont mieux garnis et soignés, le parcours devient de plus en plus longs parce que les maisons neuves sont bâties à l’orée du village et éloignées les unes des autres, l’accueil de la « benda » ne se fait presque plus à l’intérieur des maison, l’offre alimentaire est riche et varié, les plaisanteries se sont adoucies et l’anonymat n’est plus tellement de rigueur. Manifestation éminemment masculine et pour adultes, le Carnaval s’est ouvert depuis une trentaine d’années aux femmes et aux enfants.

Texte écrit par Alexis Bétemps

Annexes