A tepette

Commune: La Salle
Catégorie: Poèmes
Pour entendre l'audio vous avez besoin de Adobe Flash Player. Vous pouvez cliquer sur l'image 'Get Adobe Flash player' pour l'installer.
Get Adobe Flash player

L’a de vezeun que lo dérendzon poou, Cadéo.
Son tcheu meutte é crègnon poou lo teuppe,
Queun groou tralie pe Cadéo, l’andze gardièn di semehiéo.

Llu, gnu que prèdze gnu que ri.
Prèye pe lo desteun de séise catchà léi dedeun,
É ouè, son mehièa l’è de fée di bièn i-z-esprì.

É Cadéo souffle, souffle tou-di-lon.
Degrolie a tepette meulle é meulle coou lo tsapelette,
É ouè, son devouèa l’è de le-ze-fée sentì comme a méijón.

Totte le natte, totte le tsandaile, sensa repoou.
Cadéo souffle a la memouée é arvie le lumiée,
Don le tsapalle é su lo tomboou.

É torne vitto le tchouéi tcheu le mateun.
Can la hllartoou di solai arue su se-z-amì bièn quai,
L’andze gardièn se catse é féi on hllopeun.

Cadéo veille é prèye pe lo paadì.
Sensa oubliè fran gnón demande lo perdón,
Pe totte le-z-arme, pe tcheu le-z-esprì.

italiano

Dans le noir

Il a des voisins qui ne le dérangent pas, Cadéo.
Ils sont tous muets et ils n’ont pas peur du noir.
Quel boulot pour Cadéo, l’ange gardien du cimetière.

Lui, il ne parle ni rit.
Il prie pour le destin de ceux cachés là-dedans,
Et oui, son métier c’est de faire du bien aux esprits.

Et Cadéo souffle, souffle sans cesse.
Il dévide dans le noir des milliers de fois le chapelet,
Et oui, son métier c’est de les faire sentir à la maison.

Toutes les nuits, toutes les bougies, sans repos.
Cadéo souffle à la mémoire et allume la lumière,
Dans les chapelles et sur le tombeaux.

Il l’éteint vite tous les matins.
Lorsque la lumière du soleil caresse ses amis muets,
L’ange gardien se cache et dort.

Cadéo veille et prie pour le paradis.
Sans oublier personne, il demande pardon,
Pour toutes les âmes, pour tous les esprits.

français

Dans le noir

Il a des voisins qui ne le dérangent pas, Cadéo.
Ils sont tous muets et ils n’ont pas peur du noir.
Quel boulot pour Cadéo, l’ange gardien du cimetière.

Lui, il ne parle ni rit.
Il prie pour le destin de ceux cachés là-dedans,
Et oui, son métier c’est de faire du bien aux esprits.

Et Cadéo souffle, souffle sans cesse.
Il dévide dans le noir des milliers de fois le chapelet,
Et oui, son métier c’est de les faire sentir à la maison.

Toutes les nuits, toutes les bougies, sans repos.
Cadéo souffle à la mémoire et allume la lumière,
Dans les chapelles et sur le tombeaux.

Il l’éteint vite tous les matins.
Lorsque la lumière du soleil caresse ses amis muets,
L’ange gardien se cache et dort.

Cadéo veille et prie pour le paradis.
Sans oublier personne, il demande pardon,
Pour toutes les âmes, pour tous les esprits.

Annexes