La vatse a mèitchà

Commune: Saint-Marcel
Catégorie: Contes pour enfants

Y aviye in cóou do fréye, Piérinno è Mourisse, què itovon î mimo vèladzo, didèn do mitcho, eun protso dè l’otro.
In dzor Piérinno fé 'ic prèpoou: «Quitéi tou nèn dic sé nou bitti'i'an in'èmblo tò 'èn què n’èn dè cotéi è nou atsiti'i'an an vatse?». Mourisse asette è lou lèndoumàn i parton pè alé a la fèya di vèladzo a cotéi.
Tsumìn fèirèn Piérinno, qu’i crèyouve dè ître bièn pi fén què Mourisse, pén'e: «Tè betto-poue mè a la padze!»
A la fèya, apréi avéi bièn avèitchà totte lè vatse, a partì di bei'an-ie î tsatagnaye, di rén-e di corne î rén-e di laséi, di vatse di corne boclle a 'alle di corne rèbèquéye, di vatse épaléye î vatse bâtéye, nèn 'erdon eunna, Lunetta, an blantse è rodze bièn gro'a è la payon avoué lè soou què y aviyon bitó in'èmblo.
A la fén dè la fèya, lè do fréye tórnon î mitcho: «La portèn-poue i min-o beui, l’è pi groou è pi 'ec», dic Piérinno; mi i coumin'on a discuté pè désîdé dèn quén beui bité la vatse.
Apréi avéi bièn discutó to lou lon di tsumìn: «Vouèlà la solusón, n’apiillèn-poue la vatse î mèntèn d’én pro éntre lè do mitcho».
Dèi'èn, lè do fréye dèsîdon fénque dè sè partadzì la vatse. Piérinno, lou pi 'avèn, iouc la partia di dèvàn dè la béitche: «Dzou m’èmpouertsou po-poue lè man è dz’é-poue mouèn dè travaill!». Paèi a Mourisse î reste lou déréi: «Tou crèyouve dè ître lou pi fén, t’o vouluc lou cotéi dè la téita, aa tè fo alé quèic dè fèn è d’éve pè baillì piqué è bèye… 'én'a gnun gagnadzo. Mé, î contréo, dzou vóou-poue prènde in 'idzèlén pè blètsì la vatse è vèndre apréi dè bon laséi».

italiano

La vache partagée

Il était une fois deux frères, Pierino et Maurice, qui habitaient le même village, dans deux maisons proches l'une de l'autre. Un jour Pierino propose : « Qu’en penses-tu si on rassemblait nos épargnes et que l’on achetait une vache ? ».
Maurice accepte et le lendemain ils se mettent en route pour aller à la foire du village voisin.
En marchant Pierino, qui se croyait bien plus malin que Maurice, pense : « Je te mettrais au pas ».
A la foire, après avoir bien examiné toutes les vaches, des pie noirs à la tête blanche jusqu’aux châtaines, des reines jusqu’aux vaches à lait, des vaches aux cornes bouclées, jusqu’à celles aux cornes retournées vers le haut, des vaches aux épaules abaissées jusqu’à celles à l’échine courbée, ils en choisissent une, Lenetta, une pie-rouge bien grasse et la payent avec l'argent qu'ils avaient mis en commun.
Quand la foire est finie, les deux frères retournent à la maison : « On l’amènera dans mon étable, elle est plus grande et sèche », dit Pierino. Mais ils commencent tout de suite à discuter pour savoir dans quelle étable mettre la vache.
Après s’être bien disputé tout le long du chemin : « Voilà la solution, on va attacher la vache au milieu d'un pré situé entre nos maisons ».
Après cela, les deux frères décident aussi de se partager la vache. Pierino, le plus intelligent, veut le devant de la bête : « Je ne me salirai pas les mains et j’aurai moins de travail ».
Donc il reste le derrière pour Maurice.
« Tu croyais être le plus rusé - pense Maurice - tu as voulu la partie de la tête, maintenant il faut que tu ailles chercher du foin et de l'eau pour lui donner à manger et à boire…alors que tu n’auras aucun gain; tandis que moi j’irai chercher un seau pour traire la vache et vendre mon bon lait ».

Tiré de : Rita Decime, Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome II, Histoires d’animaux, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

français

La vache partagée

Il était une fois deux frères, Pierino et Maurice, qui habitaient le même village, dans deux maisons proches l'une de l'autre. Un jour Pierino propose : « Qu’en penses-tu si on rassemblait nos épargnes et que l’on achetait une vache ? ».
Maurice accepte et le lendemain ils se mettent en route pour aller à la foire du village voisin.
En marchant Pierino, qui se croyait bien plus malin que Maurice, pense : « Je te mettrais au pas ».
A la foire, après avoir bien examiné toutes les vaches, des pie noirs à la tête blanche jusqu’aux châtaines, des reines jusqu’aux vaches à lait, des vaches aux cornes bouclées, jusqu’à celles aux cornes retournées vers le haut, des vaches aux épaules abaissées jusqu’à celles à l’échine courbée, ils en choisissent une, Lenetta, une pie-rouge bien grasse et la payent avec l'argent qu'ils avaient mis en commun.
Quand la foire est finie, les deux frères retournent à la maison : « On l’amènera dans mon étable, elle est plus grande et sèche », dit Pierino. Mais ils commencent tout de suite à discuter pour savoir dans quelle étable mettre la vache.
Après s’être bien disputé tout le long du chemin : « Voilà la solution, on va attacher la vache au milieu d'un pré situé entre nos maisons ».
Après cela, les deux frères décident aussi de se partager la vache. Pierino, le plus intelligent, veut le devant de la bête : « Je ne me salirai pas les mains et j’aurai moins de travail ».
Donc il reste le derrière pour Maurice.
« Tu croyais être le plus rusé - pense Maurice - tu as voulu la partie de la tête, maintenant il faut que tu ailles chercher du foin et de l'eau pour lui donner à manger et à boire…alors que tu n’auras aucun gain; tandis que moi j’irai chercher un seau pour traire la vache et vendre mon bon lait ».

Tiré de : Rita Decime, Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome II, Histoires d’animaux, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

Annexes