La paolla dou mis : lo dahu

25 juillet 2019

Euna drola dè béhte, cognèchouà en totte li réjón francofone d'Oroppa, dou Belje a la Chouisse, a la Franse,... a la Val d'Ouhta, è prézèn sorteut pè li pais dè montagne, dè y Alpe i Piréné, l'é lo dahu (daù). Non sa pa fran bén què béhte a séi, pè lo féit què tsi qu'i sohténon dè l'avé viù i son pa d'acort pè dire a quinta atra béhte a poucha sémbià, ma la maoù part di raprézéntasión i no lo fan vé comme euna sorta dè tchamos ou dè boc ou dè tchèvréi. Ou contrare, so euna calétà dou dahu i son tut d'acort, s'ou féit què l'asa dove tchambe qu'i son pieu queurte què y atre, li dove dè dréita ou li dove dè sénota, è tsen pè poé coure déjénà si déhquio di montagne : li pieu londje i van dézeut è li pieu queurte damón. Pè tsétta rajón, iè fa coure contùn dou mémo cohté, ou sèlón lo moemèn dè y echpére d'un rèvèi, ou dè l'atro sans, pèratro ou reuchca dè rebatà dju pè li greup.

Lo dahu, a coza da soùei conformasión, l'a uncò cahque déféqueultà a s'accobià. Sè ou troua euna feméla què a va dè la soùei méma dirèsión, teut va bén, ma sè ou nèn rehcontra euna què a iè vién encontre, li problème i sorton: tsou di douch què l'ehproua dè sè vérà dè l'atro cohté, pè poé s'accobià, l'a dè grose probabélétà dè perde lo calibro è dè rebatà dju pè lo déhquio.

Dé tuit li téns, y ommo y an ehproà d'alà a la tchatsa dou dahu, en tchartchèn dè troà li sichtème mèyoù pè poé l'abénà. L'ét pa ché lénc comme non porréi émadjénà ! La manéra la pieu simpia a sémbièréi tsèla dè y alà ou rèbot è dè lo fa tornà en derré : en sè vérèn dè l'atro cohté, li tchambe pieu queurte i sè trouon dézeut è tsèle pieu londje damón, paré ou rebata tanque ou fonts dou greup dou què y ét d'atre tchatsioù qu'i l'atténdon. Y ézéchta uncò d'atre manére qu'i démandon lo rechpet dè sertène réye : foudréi contùn alà a la tchatsa d'evér, un co què ou féi boubén fréit è y ét prou dè néi pè quérà li trasse, dè noit è pochébiamèn séntsa leuna pè pa sè fa vé. La cohtuma pè l'abénà non émpia un sac grossé entó euna pégnà dè sal ou fonts : pè fa alà lo dahu en dirèsión dou sac è abouetta-lo, y ét qu'i bétta ensémbio eun'équipe de batteur què i fan dè tapadjo pè fa coure la béhte dou cohté da soùei trapola, d'atre i lo fan vènì entó eun echtremèn dè mezécca, d'atre i ión què ou suffì dè l'appellà: dahu, dahu, dahu...1

Cahcùn i rèténon què lo dahu ou sè poucha aprèvejà è què, belle prijogné dè l'ommo, ou sè séi djan rèprodeuit : i ión què, apré què la feméla l'a féit lo pitit, di peuppe iè sort pa dè léitsél ma... dè vin brulé !

Sè lo dahu l'ézéchta ou pa lo saèn pa, ma dou point dè vue dè la lénga, lo non dahu l'a eun'orijine è un sans bén définì. Lo mot ou vién, sèlón eun'ipotèze crédible, dou latìn *darrutu, què l'a donà lo vié fransé daru « grossé », lo provensal darut « simpio, follet", ou darutas "embésile... ». È pu, séi dou cohté fransé què dou cohté chouisse, y é totta euna série d'attechtasión qu'i règardon lo dahu è la tchatsa a tsétta drola dè béhte : daru « bête imaginaire »; darou « être imaginaire qu'on fait craindre aux innocents » ;  chasse au dahû « chasse à laquelle on envoie en hiver un jeune homme crédule en le postant au milieu d'un bois » ; envoyer tat (= tendre) o darœ (la grafie l'ét ichtà sempléféà) « envoyer un naïf par un grand froid avec un sac ouvert, en un endroit où on lui affirmait que les darœ devaient passer; le chasseur devait répéter darœ da m sak jusqu'au moment où ce gibier imaginaire se jetterait dans son sac »2.

 

1Jacquat Marcel S., Salviamo il dahu prima che sia troppo tardi !, in : Bestiario alpino, « L'Alpe » n° 2, Été 2000, Priuli & Verlucca Editori, pp. 42-45.

2FEW = Von Wartburg W., Französisches Etymologisches Wörterbuch, Leipzig-Berlin, 1922 ss., puis Bâle, 1944 ss.

 

Hcrit dé Saverio Favre