La paolla dou mis : Lo més dè mai

22 mai 2019

« L'evér l'éra passà l'éra djan lo mé 'è mai...1» A coméntsa paré « Lo més dè mai », euna tchantsón dè Luis de Jyaryot2, proabiamèn la pieu cognèchouà è la pieu tchantà. Lo més dè mai, pè li pais dè montagna comme li nouhtre, dou què l'evér ou sémbia jamé avé dè fin, l'ét la sajón dou non pou vé lo pién dou foréch. Belle sè lo fréit ou sè féi uncò sovèn sentì : li nouhtre vièi i dejón « sè t'ie un bon ténai, varda-ló pè lo més dè mai » (un ténai l'ét un bè bocón dè bohc, un treuc què ou tién lo foùec avià pè un bè tso).

Mai, dou latìn maius, l'ét a l'orijine d'euna réndja dè mot què pa contùn arrevèn a émadjénà qu'i pouchon avé euna rélasión avoi lo tsinquìemo més dè l'an. Lo mai, tan pè fa eun éjimpio, què oùei cognéchèn mai comme "la planta di senteucco", l'ét euna pianta coppà, donca séntsa réch, sebiotà (foura un tcheuf dè ranme què non iè lacha ou sondjón), què non drétsa devàn li mìete dou premé sitouayèn apré y élésión. La tradisión dou mai sémbia qu'a vègna di vié Romèn, di rite di notse è donca dè la fertélétà, què avoi lo tén l'é vènì un rite dou foréch, en particuyé di féhte dou més dè mai un co què la nateura a sè rèvèya.

A tsé propó l'ét entéressàn dè fa euna confrontasión avoi l'italién maio ou maggio « Il ramo fiorito o l'albero che fanciulli e fanciulle portavano intorno durante le feste di maggio e che gli innamorati piantavano alla finestra o alla porta della bella » (Treccani)è lo fransé mai « Arbre vert et enrubanné, que l'on plantait le premier jour de ce mois devant la porte de quelqu'un pour lui faire honneur » (Larousse)3. Pieu tart, lo mai l'ét vènì lo sembole dè sertène féhte d'euna comunoté què y aón mai ren a vé avoi lo més dè mai, comme la pianta què non bétta sou corp d'un mìete caje levrà, ou "la planta di senteucco"4. Uncò lo mot mayèn ou vién dè maius, comme l'italién maggengo, è l'ét un montagnón, pa a dè grose aquioù, què non émpia sorteut dè foréch è d'outón ; li patoué dou Valais i cognéchon lo mot may? « pâturage où les vaches séjournent au printemps et en automne5 ». Mayentse, mot dou patoué dè Fénis, l'ét un fromadjo méro què non féi ou mayèn. La méma orijine ou l'a lo mot mayoula dè la Basa Val, qu'ou correchpón a plantiva de d'atre patoué, è proabiamèn uncò mayolet, euna vits queultévà en Val d'Ouhta dé tut li téns qu'a doun-a uncò lo non ou vin (a tsé propó, en sertèn patoué du sud dè la Franse, maiolo ou vou dire « bourgeon de hêtre »6). Fare tsalendamé ou tchalendamai, sèlón lo disionère Chenal/Vautherin7, ou vou dire fare euna queyetta pè ramassà prou dè pan pè nen donà un cart a tut tsi què y asséchton a euna protsisión què non féi lo premé mai. En Ayas, a tsi qu'i fan carnaval vià pè li véladjo non iè deut "li mai", comme lo non dou més, è a propó d'euna boùeba què l'é bondàn emborbà, non deut sovèn "a sémbia un mai" : porréi-te sè fa què lo non "mai" pè li bande dou carnaval ou vègna di protsisión dou més dè mai?

Calendimaggio dè l'italién (calende di maggio, lo premé djor dè mai) l'éra la féhta dou foréch que non fajéi tsou djor. Lo vié provensal ou cognéchéi l'echpressión kalenda maia, contùn pè ségnéféà lo premé mai8.

Apré tsen qu'ét ichtà deut, li proverbe è li detón s'ou més dè mai i poón pa mancà9 :

- Lo mèis de më fat porté le sadzo din lo doblë (l'ét tro tart pè groppà la végna)

- Se la nèi tsét lo premië dzor de më, vindret sovèn no trové

- Mië më, queuva d'iver

- Lo bon Dzeu no preservèye d'un bon mèis de më, peratro tot l'est lé (iè sarà pamai d'atre prodeuit)

- I mèis de më, frëtsaou et rozà, l'est bon pe la vegne et le pra

- Avèi lo mayèn dézot lo veulladzo (avé lo gotro).

1    L'hiver était passé, c'était déjà le mois de mai...

2    Auteur-chanteur valdôtain dont le répertoire est en francoprovençal.

3    Arbre vert et orné de rubans que l'on plantait le premier jour de ce mois devant la porte de quelqu'un pour l'honorer.

4    Bétemps Alexis, La planta di senteucco, « Nouvelles du Centre d'Études Francoprovençales ‘René Willien' », n° 53/2006, pp. 76-81.

5    Pâturage où les vaches séjournent au printemps et en automne. Cfr. FEW = Französisches Etymologisches Wörterbuch, par Walther von Wartburg, Bâle, à partir de 1922.

6    FEW, op.cit.

7    Chenal Aimé, Vautherin Raymond, Nouveau dictionnaire de patois valdôtain, Quart (Vallée d'Aoste), Musumeci Éditeur, 1997.

8    FEW, op. cit.

9    Nouveau dictionnaire… op.cit. 

Hcrit pé Saverio Favre