La paolla dou mis : Ronc

11 mai 2020

Ron ou térèn rontchà

(patoué de Tsaensoù)


Eun se promin-èn pe la Val d'Outa, eugn accappe chouèn de llouà que l'an non Ronc ou Ron, avouì difiente variante qu'eungn a trouoù étó si de vioù documàn o deun la tradechón orala, comme Ronchettes, Ronchailles, Ronchailly, Ronchalliaz, Ronchet, Rontset, Rontchats, etc. Ronc, Ronco, Ronchet, Ronchail. Sisse mimo non son eumpléyà étó comme non de fameuille. Lo toponime Ronco é d'atre dénominachón de si janre son, selon le savàn, bièn diffejà deun to lo nòo de l'Italye, é moutron, la coutimma, de veulladzo é térèn de campagne. Leur orijine se llatte i lateun runcus, “térèn eunqueulto ou vaco”, que l'é itoù dèisèn poulitoù, de runcare, “purgare acrum a sentibus”, que l'ou diye “travaillà é poulitoù di tsan de bouèisson”. Caque ézeumplo : Ronco Canavese (to), Ronco Biellese (bi), Roncofreddo (fo), Roncola (bg), Roncone (tn), Roncà (vr), Roncade (tv), Roncadelle (bs). La vouése ron l'è donque déverbala de ronqué, avouì le variante roncà, rontché, rontsé, roncaché, que louon diye “rontchì”, di lateun runcare, avouì mimo sans. N'at éto de fourme avouì préfisse, comme arrontsé, arrontsì, arrountchér, arrontchà, darantsì, verbo que la coutimma son étó sinonimo de “itrachì”. Eun pou étó troué lo déverbal rontso, deun la locuchón fée eun rontso que l'a lo mimo sans de aprestì eun térèn pe lo planté. Eungn atro termo, dézò sertèn poueun de vua semblablo a  ron, bien prézèn étó deun la toponomasteucca, l'è novaillo, “térèn djeusto rontchà que l'è itoù aprestoù pe lo vagnì”, di lateun novalis, de sans semblablo mi que l'a étó si-lé de “térèn que l'è a repoù pe eugnn an”.Deun l'iteudzo di toponimo de la Chouisse Romande, no trouèn de dénomichón comme Ronquoz, Ronques, “terrain défriché”, déverbal di patoué roncâ é Novalle, Novalletaz, Novel, Novelet, Novallys, “térèn que l'è itoù djeusto rontchà é preste pe itre vagnà”. Euntre le sinonimo di dou termo présédàn, eun pou attesté Eterpas, Eterpaz, ecc., di lateun exstirpare “rontchì eungn arrantsèn eun tron”, que trouon eun correspondèn deun lo mot éterpa deun difièn prèdjì valdotèn, avouì lo sans de  “sappa”, “sappa de l'éve”, moublo que l'iye eumpléyà pe de-z-opérachón semblable étó i dzòo de oueu.  Oueu, grase a la mécanizachón de l'agriqueulteua, rontchì le térèn l'è bièn pi seumplo que pa d'eun cou. Adón faillè eun effet féye eun traaille deue, diffesillo a splequì a paolle, é que l'Abbé Henri repourte pouèi-lé : « D'abord il s'agit d'un terrain souvent très en pente où même les mulets ne se tiennent pas debout, ou ne peuvent arriver; puis c'est un terrain tout rempli de racines d'arbres et où il y a autant et plus de pierres que de terre. Alors, il faut creuser et arracher ces racines; puis extraire une à une les grosses pierres, les jeter au fond du ronc pour faire le mur de soutènement du futur champ ; puis ensemencer cette terre, dans laquelle même après retournée, il reste encore autant de petites pierres que de terre. Voilà le ronc de la montagne : les champs, les prés de la montagne ont tous été faits ainsi : toute la terre qu'ils contiennent est passée, pellée par pellée, sur les bras du ronqueur ou roncaté. Que je sache, il n'y a pas de termes français qui indiquent bien la chose : ce n'est ni défricher, ni défoncer, ni rompre, ni tourner, ni retourner, c'est ronquer ».

Teste icriette pe Saverio Favre