Lo mo di mèise: L'egnarpa

19 juillet 2018

Lo mèi de joueun l'è lo mèise de l'egnarpa, lo moumàn ioi que le vatse poyon eun montagne.

La sèizòn dure apeprè hen dzor, de sen Bernar (lo 15 de joueun) a sen Mitchì (lo 29 de setembro) - dô datte reutse de signifià – é prevèi étò lo spoustemèn a hise boi que se trouon a mi tsemeun euntrì lo veladzo é la montagne : le tramouaille (de « tramé »), deu étò mayèn (di non di mèi de mi, comme l'italièn « maggengo »).

La bataille di vatse, an baga d'eun tchi no que i dzor de vouì sesite eun grou euntérè euncó foura de la Valoda, pren fran viya de heutta prateucca : lo premì dzor, eun montagne, le vatse que son po di mimo boi diféèn é que donque se cougnison po, se baton pe desidé queunta sarè la rèina, la vatse pi forta é pi malin-a de totte, halla que aprì sarè recougnuya é crègnuya de totte le-z-otre. La bataille di vatse l'è donque la codificachòn d'eun rituel que se fa naterellamente eun montagne é que, eun jénéral, pourte po gneun damadzo a la vatse.

Lo non « egnarpa », to comme d'otre mo lla a heutta prateucca, veun di lateun ALPES. No rappelèn euntrì le-z-otre de mo comme : « egnarpé », monter à l'alpage ; « dezarpé », descendre de l'alpe ; « dezarpa », descente de l'alpe ; « arpó », troupeau de vaches à l'alpage ; « arpiàn », alpagiste. « Arp » l'è eungn éffè lo vioù mo pe dî alpage, to comme lo pi couràn « montagne ». Fou souligné que lo mo « montagne », dedeun lo patouè d'eun cou, l'î eumplèyà avàn to pe le pro é le micho que se trouoon a la lemita de l'esplouatachòn de l'ommo é po pe le becque. To hen que se trouô damòn halla lemita, sareu a dî le rotse é la llahe, l'ayè po an grousa valeur pe le Valdotèn.

Lo radical « arp, ar, or », comme lo dijè dza a son ten l'Abì Henry, l'è a l'orijine de bièn de non de llouà : Larnouva (la montagne nouva), Lardamum (la montagne de damòn), Lardésot (la montagne de dézò), Arpille, Arpetta, etc.

Lo patouè de Cogne, pe hen que regarde le mo de l'egnarpa é de la dezarpa, l'è diféèn de tcheu le-z-otre. Le Cognèn lèi diyon : « vètéya » (it. vestizione) é « devètéya » (it. svestizione), mo que vignon di verbe « vètì » (arbiillé). Aseu « vètì la montagne » (arbiillé la montagne) é « devètì la montagne » (dezarbiillé la montagne) l'oulon fran dî « poyé a l'alpadzo » é « bèiché de l'alpadzo ». A hi propoù lo FEW (vire la bibliografiya), dézò la vouése VESTIRE, repourte dou-z-ézeumplo di patouè de Bagnes : « vèti », conduire le troupeau sur l'alpe é « dèvèti », abandonner l'alpage.

Lo dzor de l'egnarpa é lo dzor de la dezarpa son, u di mouente l'ion, de dzor de fiha, comme no-ze di Celestino Guichardaz dedeun sa retsertse desù le mo di patouè de Cogne (vire bibliografiya) : « Hi dzor lé, vito lo mateun, le dzi parton avouì leur biche : qui nen n'a eunna, qui dô, qui tri, qui cattro. Le vatse son po méhlléye, voyadzon avouì halle di mimo mayèn, ioi que son reustéye eunsemblo p'eun mèise. Se mèhllon peu renque pi su, can l'aruyon i plan de la montagne, ioi que le pi grame se baton pe vire queunta sarè la rèina di corne, la pi forta de totte. Heutte bataille son chouuye avouì bièn de pachòn. L'è an dzournó de fiha ioi qu'eun tsante, eun ri, eun deusqueutte é eun bèi ».

Bibliografì

« Atlas des patois valdôtains », en cours de rédaction par le Bureau Régional Ethnologie et Linguistique de la Région autonome Vallée d'Aoste.


Chenal A., Vautherin R., « Nouveau Dictionnaire de Patois Valdôtain », Quart, éditions Musumeci, 1997.


FEW = Von Wartburg W., Französisches Etymologisches Wörterbuch, Leipzig-Berlin, 1922 ss., puis Bâle, 1944 ss.


Fontanella L., Saggio di un lessico etimologico della Valle d'Aosta, Alessandria, publié aux Edizioni dell'Orso, 1995.


Guichardaz C., Fassò A., La parlata francoprovenzale di Cogne (Val d'Aosta), Suppléments au Bollettino dell'Atlante Linguistico Italiano 5 / Publications du Centre d'Études Francoprovençales. 1, 1974.


Henry J.-M., « Vieux noms patois de localités valdôtaines », in Noutro Dzen Patoué, 2, 1964; 3, 1965; 4, 1966.