Mot du més: lockdown

24 juillet 2020

Y é son pa dé doutte qué én tsi dérì més un di mot qu'i l'én sentì o mach a l'é ichtà lockdown, un mot én anglé qu'ou l'a troà un pocht finque so le documèn offisiel. Comme si éntchì nous, ou pais di meulle léngue, non poesse pa troé un mot otrétan adret. 

E parì, i l'én alà avante touit a no dechpeutté s'i y iron djeucht ou pa le limitte qu'i l'aon beutta-no é dé qué beurt ou y ira ichté quiots i mite, én impièn o mot anglé, belle corra i prèdjaon én patoué.

Qué peu, saén-té fran bén diquié vo-té dire lockdown? O vocabulére no di « quiodzeurra d'émerdjéntsa », ma no di co qué én y Echtat-Unì non impia soèn tsou mot pé prédjé dé tsi qu'i son én prijón. Peu parì a tchoza a vièn co pi pézanta...

Donca, perqué pensén pa d'impié cahquie mot di nohtre patoué? Pér éjémpio, i poudrìn prénde touì le verbo qu'i l'an a qué vére to a quiodzeurra. S'i l'aitén o nohtro glossére, i véén qué le pi prézèn son tsi comme clloure, clore, quiodze, quiode. I l'aruon touit dou verbo latìn claudere, qu'ou l'a donà én jénéral moué dé rézultat vents totte le léngue romane, séa comme verbo séa comme ajetif. 

En patoué, lo troén finque vents dé toponimo, comme Réquios, é dé non dé majón, comme Clos.  

I son éntéressante co le variante fonétécque di diférèn patoué, qu'i no mouhtron le diférèn grado dé palatalizatsión dou CL- latìn. Tsou écquie ou l'a varda-se én Etroubles (clore) é é Valtornéntcha (cleure), ou l'at aù eunna premira palatalizatsión outor d'Ohta é én cahquie patoué dé l'Ata Val (clloure), ou l'a palataliza-se co dé pieu éncorra én Basa Val (quiode, quiodze). 

I poén troé, peu, co dé forme co pi éntéressante én Introd, Réma é Courmayeur - dou a consonanta C- a l'a tchandjà dou teut (hlloure, hiooure) - é é Tchamportchì é Cogne, douqu'i troén tchoure, qu'a l'é témouèn dé l'unité di doe quemeunne.

Én alèn avante to a rétchertcha, i véén le forme fremì, fermé, qu'i volon dire mach corra non ferma a quià. L'orijinne dou verbo l'é o latìn  firmare, "rénde fort", é én patoué, comme pé o fransé fermer, ou l'a pré un sans quiécca diférèn. Dou pouén dé vu fonétécco, i son a rémarqué le tchandjemèn da sillaba FIR-. En cahquie patoué a l'a varda-se parì comme qu'a y ira (fermì, fermé), én d'atre l'a prodoui-se eunna énversión (frémé, frimì).

Pé levré, i l'aitén co un verbo qu'ou sé troa surtoù én Basa Val: saré, sarai, qu'ou l'arua, comme o fransé serrer, dou latìn serare. A tsou pouént, no fat prénde én considératsión Jules Gilliéron, dialectologue chouisse é fondatour da jéografia léngouéstécca, qué a l'intràn dou XX siècle l'a dédià un levret a y évolutsión dou verbo latìn serrare. Gilliéron ou l'a rémarcà qué pé pa tchédre vents l'omonimia le djen l'an feut prénde dé gno sans i mot. Parì, douque o latìn serrare, "réséé", ou poae sé behtchandjé avó ser(r)are, "saré", o premì verbo l'at ichtà tchandjà avó a forma resecare. En patoué, i troén  fran qué douque y é o verbo  saré « quiodze », i l'én réséé (Brusson), résé (Champdepraz), rèsé (Champorcher) pé dire « coppé ». 

O patoué ou continua dé no sorprénde avó a cha retchètsa é variété.

A vous atre qu'i léeu, o « dévouer » dé non signalé d'atre forme éntéressante.

______________________________

GILLIERON, J. et MONGIN, J. (1905). Etude de géographie linguistique. Scier dans la Gaule romane du sud et de l'est. Paris : Champion.

VON WARTBURG, W. (1922 ss.). Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW). Bâle: Zbinden.