O mot dou més : a sinagoga

09 novembre 2017

(patoué dé Bretsón )

[...] & iqui tote gàye

Drieu & resolacié sen queiton ou debat

Tenon lour sinagoga & lour petit sabat

Laurent de Briançon. Lo banquet de le faye. XVI sec.[1]

I pais dé queulteurra catolécca, o mé dé noémbro ou s'ivra to a féhta dé Touissén é, o djor apré, a commémoratsión di mort. Tutùn, le dérì an l'an vu aroé eunna gnoa traditsión di pais anglé, tsa dé Halloween, qué surtoù le pi djoèn i lammon mach qu'a viéya...

A l'é probabio qué l'Halloween dou djor dé ouèi ou l'aroet d'eunna viéya couénta seltécca qu'a dijae qué le mort, én tsa périodde, i poaon torné so a tèra, énsémbio a y arèdje é i guiabio. Pé sé défénde di maléfisse, le djen i sé machquéraon é i l'aviaon dé fouec.

A part le couénte, o mé dé noémbro l'é fran tsou qu'ou reprézenta mièi dé touit un momèn dé pasadjo, éntré o tchatén é l'ivér, qué, i tén douque sé vichcae macque dou travai da tèra, ou y ira délécat é émportàn perquè ou sé comprendae sé l'an ou y ira alà bén ou mal.

D'un pouén de vu sémbolécco, donca, noémbro ou sé préhta bén a vénì o momèn douque le douch mondo, tsou di vi é tsou-là di mort, i poon sé rehcontré. E pé tsen, séa a queulteurra romana qué tsa crichtiana, comme dijaon, l'an désidà dé récordé le mort fran én tsetta périodde.

Pé tsen qu'ou régarda a réjón alpina, én pieuch da féhta rélijouza dé noémbro, y é son co d'atre momèn douque y echprit tornon so a tèra (ou non lo crèi, salamèn...). Son dé couénte qu'i tchertchon, én cahquie manira, dé fére condjeubbié a rélijón é le superchtitsión.

Pé a Val d'Ohta, i troén doé lédjénde dé tsou janre. A premira a régarda le révénàn, tsi qu'i tornon. Sélòn a couénta, dé co y arme i poon torné so a tèra, vejeutté o mondo di vi.[2]

Cahquie co, son dé arme én péna qu'i tchertchon dé echpeurgué un pètchì.[3] Ma pa contùn a l'é parì. Soèn, son dé bone arme, qu'i tornon pé aidé le djen ou pé vendjé cahquie tort. Én impièn le mot dé Alice Joisten é Christian Abry - qu'i l'an ehcreut un lévro éntir so le fantazì é le couénte da réjón alpina - le révénàn son a marca da crouayanse d'eunna solidariété éntré le vi é le mort[4].

Eunna couénta qu'a fèi contùn pouéra, ou contrére, a l'é tsella da sinagoga, eunna assembléa douqu'i partisipon totte sorte dé guiabio qu'i fan un gran comerse.

Dévàn qué prèdjé dé totte le couénte qu'i l'an nachù outor da sinagoga, fa dire un pér dé tchoze a propó dou mot. En effet, a maopart di léngue impia o mémo mot pé o pocht douque sé réunichon le Jouif pé préé, mot qu'ou l'arua dou Grec synagoge, « réunión, assembléa ».[5] Perquè én patoué non impia tsou mot d'eunna manira parì négativa ? Sélòn eunna téoria, a rajón va rétchertchà vents le persécutsión dou Mouayèn Adjo envers y érézie é co tsella di Jouif a y ira vu comme eun'érézia.[6]

Én tornen a nohtra sinagoga, i dijaon a propó dou tapadjo qu'a fèi é qu'a l'é eun élémèn qu'a la caratériza én totte le couénte.[7] Ou pouént qué non impia o mot co d'eunna manira métaforécca pé dire corra le djen i prèdjon touit énsémbio é non comprèn par ren.

D'atra part, o dialectologue Tullio Telmon no récorda qué le pi émportàn vocabulére da lénga tayana, a modé dou XIX siècle - i réporton pé « sinagoga » co o sans dé comerse, tapadjo, ravadjo. Un sans, co tsou co tsé, qu'a l'é tacà i stéréotipe négatif envers a rélijón di Jouif.[8]

O tapadjo di sinagogue ou pout aé dé son diférèn : ou pout sémbié a dé campanìn, a dé vers di béhte, a dé mouébio dé fer qu'i baton ou, dé co, finque a eunna mezécca qu'a fèi vénì voya dé dantsé.[9]

Pé tsen qu'ou régarda le « personadjo » qu'i partisipon a protsisión, a fantazì di djen l'é alà louénts. Y é son contùn dé arèdje (dou latìn HAERETICUS[10]) ou sorchie, ma contre tsette i poén troé co o guiabio én persona é énsémbio sé dé béhte qué, sélòn le traditsión, son guiettà i maléfisse comme le tchét, le boc, le bot...[11]

Tutùn, o gro da compagnà l'é feut dé djen, ommo é feméle, qu'i l'an eunna véa dobira é qué, soèn, non pou cogniche, belle s'i son dé morechque[12] (ma ou fa prénde-se varda dé dire o non perqué i sé poròn vendjé).

Le témouèn di sinagogue son, caje contùn, dé pore djen qu'i l'an troa-se, pé cas ou pé manca, a pasé pé cahquie pocht solitére dé net.[13] Non pou pa fére a mins, donca, dé pensé i grouse pouére qu'i l'an tormentà l'ommo dé pieu l'ora. Én effè, un co o top é l'ichté solet poaon ése moué moué dandjérous.

Comme sé sarvé di sinagogue ? Djeuchtamèn, a travers a rélijón, én démandèn a grase ou Bon Guieu é én résitèn eunna priéra.[14] Ou peurra, én portèn contùn avó sé eunna pel di boe : lo san bén touit qu'a l'a dé pouvouer ![15]

A sinagoga l'é sur pa a soletta couénta douque non prèdja dou guiabio é di chè compagnón. Le lédjénde son un montón, ou pouént qué douch tchertcheur chouisse l'an deut que « y arèdje l'an un pais : le montagne »[16].



[1] TUAILLON G. (1995). Ecriture de l'accent de mot dans les premières œuvres imprimées en francoprovençal. En :AA.VV. (1995). La transcription des documents oraux - problèmes et solutions. Actes de la Conférence annuelle sur l'activité scientifique du Centre d'Etudes Francoprovençales « René Willien » de Saint-Nicolas. Quart  : Musumeci. pp. 107-120.

[2] BETEMPS A. (1955). Les revenants. En : « Nouvelles du Centre d'Études Francoprovençales R. Willien » n° 31/1995. pp. 128-134.

[3] BETEMPS A. (1955). Op. cit.

[4] JOISTEN A., ABRY C. (1995). Etres fantastiques dans les Alpes. Extraits de la collecte Charles Joisten (1936-1981). Paris : Editions Entente. p.183.

[5] VON WARTBURG, W. (1922 ss.). Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW). Bâle: Zbinden. Vol. XII, 493 a e b.

[6] JOISTEN A., ABRY C. (1995). Op. cit. p. 147

[7] Id. pp. 148-150

[8] TELMON T. (1996). "Sinagoga" nei dialetti alpini. En :AA.VV. (1996). Les êtres imaginaires dans les récits des Alpes. Actes de la Conférence annuelle sur l'activité scientifique du Centre d'Etudes Francoprovençales « René Willien » de Saint-Nicolas. Quart: Musumeci. pp. 147-155.

[9] BETEMPS A. (1994), Le conte de tradition orale dans le Val d'Aoste : l'univers magique. En « Nouvelles du Centre d'Études Francoprovençales R. Willien » n° 29/1994. pp. 81-85 e JOISTEN A., ABRY C. (1995). Op. cit. p. 148-150.

[10] VON WARTBURG, W. (1922 ss.). Op. cit. Vol. IV, 374b e 375a.

[11] BETEMPS A. (1994). Op. cit.

[12] Id. ibid.

[13] Id. ibid.

[14] Id. ibid.

[15] PHILIPPOT l. (1996). Du serpent à la fée. En :AA.VV. (1995). Op. Cit. P. 111-121.

[16] OSTORERO M. e PARAVICINI BAGLIANI A. (1999). Les sorcières ont un pays : les Alpes En « L'Histoire ». n.  238/1999. pp. 23-24.