Le mot du mois: Du lundi à la dimanche

26 octobre 2018

Pour indiquer les jours de la semaine, l'italien et le français utilisent des formations du type lunæ dies, martis dies, venant du latin, qui ont donné naissance respectivement à lundi et à mardi. Le francoprovençal, en revanche, tout comme l'occitan et le catalan, se sert de formations où dies précède, au lieu de le suivre, l'autre élément - généralement le nom d'une divinité - comme le montrent ces exemples tirés des parlers valdôtains :

  • Deleun de dies lunæ : le jour de la Lune ;

  • Demars de dies martis : le jour de Mars ;

  • Demécro de dies mercuri : le jour de Mercure ;

  • Dedzoù de dies jovis : le jour de Jupiter ;

  • Devendro de dies veneris : le jour de Vénus ;

  • Desando de dies sambati : le jour du sabbat, c'est-à-dire le jour de repos des juifs ;

  • Demendze de dies dominicus : le jour du Seigneur.


Un autre cas où l'ordre des éléments d'une locution est inversé est celui du jeudi saint et du vendredi saint, qui deviennent sen dedzoù et sen devendro en patois.

Les jours de la semaine sont souvent associés à des fêtes ou à des rituels qui tombent précisément ces jours-là :  lo deleun de Paque, le lundi de Pâques, lo demars gra, le mardi gras, lo demécro di Seundre, le mercredi des Cendres, lo dedzoù gra ou lo dedjoûes pantsù, le jeudi gras, le devendro de Carèima, le vendredi de carême (autrefois jour de jeûne et d'abstinence), la dumindje di Raméi, la demendze de la Ramoliva o la Ramoliva, le dimanche des Rameaux.

Et les proverbes ne manquent pas non plus, même si certains jours semblent privilégiés par rapport à d'autres (exemples librement tirés du « Nouveau Dictionnaire de Patois Valdôtain » de A. Chenal et R. Vautherin) :

  • Can Tsalende l'è lo deleun, de trèi bou fat nen tsouére eun (ou eun nen eunverne que eun): « Quand Noël tombe un lundi, de quatre bœufs vends-en deux et demi » ;

  • Payé la semana di trèi dedzoù: Payer « la semaine des quatre jeudis » (c'est-à-dire jamais) ;

  • L'è pa todzor féta pe dedzoù: « Ce n'est pas tous les jours dimanche » (il ne faut pas prétendre que les exceptions deviennent une règle, ce que l'on dit souvent lorsqu'on refuse de céder aux caprices des enfants) ;

  • Dzen solèi lo devendro, croué ten la demendze: « Beau vendredi, dimanche moisi » ;

  • Lo devendro, lo pi dzen o lo pi mouendro: « Le vendredi est le plus beau ou le plus vilain jour de la semaine » ;

  • La levà di devendro vat tanque i desando: l'éclaircie du vendredi dure jusqu'au samedi (c'est-à-dire pas longtemps) ;

  • Ll'et pa de feuille sensa amour, ni de desando sensa solèi: « Nul samedi sans soleil, nulle jeune fille sans amours » ;

  • Lo desando la Sente Vierje esteurie lo leundzo i-z-andze: « Nul samedi sans soleil » (il faut qu'il y ait du soleil le samedi pour que la Sainte Vierge puisse faire sécher les habits de Jésus) ;

  • Can plout demendze mateun, totta la semana féit croué ten: « Du dimanche au matin, la pluie bien souvent la semaine ennuie » ;

  • Se nèit la demendze grasa, tot l'an la tèra grasa: s'il neige le dernier dimanche de carnaval, toute l'année la terre sera grasse ;

    Et parmi les rituels traditionnels, Se lavé le jeu i son di Gloria lo sen desando signifie se laver les yeux quand les cloches revenues de Rome sonnent le Gloria in excelsis, le samedi saint.

Saverio Favre