Le patois - Langue du coeur

Le patois : langue ou dialecte ?

La langue de communication courante des Valdôtains, ainsi que des Suisses romands, des Savoyards et des populations de certaines vallées du Piémont alpin occidental a été pendant des siècles, et dans une plus petite mesure elle est encore aujourd'hui, le patois. Cette langue demeure encore de nos jours l'élément identitaire le plus fort, le fil rouge unissant les communautés installées autour du Mont-Blanc.

Souvent, le terme patois est devenu synonyme de dialecte, de parler vernaculaire, même s'il s'agit d'une langue à plein titre, avec cependant des caractères spécifiques qui en font une réalité sui generis. Le mot, dont la base étymologique est la même que patte, indique en effet, à l'origine, un parler grossier, rural, parlé par une population peu nombreuse, dont le niveau de civilisation est jugé inférieur par rapport à ceux qui utilisent la langue commune.

 Pour cette raison, en Vallée d'Aoste, à partir des années 1970, avec la naissance de l'Harpitanya (mouvement dont le but était de reconstituer l'ancienne patrie du francoprovençal), certains ont proposé des appellations alternatives, comme valdôtain, arpitàn (langue des Alpes), grayèn (langue des Alpes Graies), ou, encore, francoprovençal, désignation savante employée dans le milieu scientifique. Ces variantes n'ont pas eu de succès : le mot patois a perdu actuellement toute connotation négative, pour les patoisants il n'a plus aucune acception péjorative, au contraire, il a pris un sens affectif, il est la « langue du cœur » des Valdôtains. Les générations qui nous ont précédés ont toujours parlé patois et nous, nous continuons à parler patois !

Le francoprovençal »

Découvrons le patois : un parler francoprovençal qui possède des caractères communs au français et au provençal.

Origines et histoire »

Le francoprovençal peut être considéré du français dans une phase très primitive, très archaïque, qui a refusé certaines innovations venant du Nord.

Distribution géographique »

Le domaine francoprovençal concerne aujourd'hui trois États et il est donc très différencié politiquement et dépourvu des caractéristiques propres à une nation.

Pourquoi parle-t-on francoprovençal ? »

La féodalité a consacré l'existence de cette communauté transfrontalière et la Maison de Savoie a jeté les bases d'un Etat régnant sur les deux versants.

Parlers valdôtains »

Quelqu'un a affirmé qu'en Vallée d'Aoste il y a autant de patois que de clochers : en effet, la variabilité linguistique est fort marquée.

L'argot »

Découvrez le langage spécial des sabotiers et scieurs de long d'Ayas et des ramoneurs de Rhêmes-Saint-Georges.

Vitalité du patois »

"La Vallée d'Aoste constitue la seule grande région du domaine francoprovençal dont le dialecte pourra survivre longtemps encore..."

Quel avenir pour le patois ? »

Le destin du patois est dans les mains de ses locuteurs, des patoisants : le patois aura une chance de survie jusqu'à ce qu'il y aura des gens qui auront envie de le parler.

Bibliographie »

La bibliographie du Gnalèi donne une liste des dictionnaires, des livres, des articles et des revues concernant le francoprovençal.