O mot dou més : Tchalénde

15 décembre 2017

(patoué dé Bretsón)

Vouélà qu'i sén aroà ou dérì randévoù dé l'an pé tsou caro douqu'i prèdjèn di mot én patoué é da queulteurra qu'i sé porton dérì.

O més dé guijémbro, qu'ou marca la fin dé l'an, l'é surtoù o més di féhte pi atendouèi dé l'an, mach qué totte a féhta dé Tchalénde qu'a l'é eunna féhta rélijouza, ma, pé a nohtra sosiété, a l'é co un momèn pé ichté én faméya é behtchandjé-se dé don.

Comme i no mouhtron y Evanjile, Tchalénde l'é a féhta dé Jézù qu'a l'é nachù, ma, comme pé d'atre féhte, co én tsou cas tsé i sé méhquion moué dé traditsión qu'i l'an d'orijinne diférénte.

Pensén, per éjémpio, ou djor tserdù, o 25 dé guijémbro. A l'é un djor qu'ou l'at eunna valour mae simbolécca, l'é sur. Gnun ou sat corra a l'é nachù pé dabón o Bon Guieu. E bén, tsou djor tsé l'at ichtà tserdù pé prénde o pocht d'eunna émportanta féhta di Romàn, a féhta dou Natalis Solis Invicti, qu'a y ira guiettà ou soltsisse d'ivér.

Co le mot én patoué pé Tchalénde, no minòn ou mondo latìn, salamèn pé tsenque ou régarda a lénga. En Val d'Ohta, o tipo pi diffuzà a l'é fran tsalende (é le chèi variante fonétécque) dou latìn calendæ. Pé a sosiété di romàn, le més i l'aon dé djor particuyé qu'i l'aon un non a iour. Parì, le calendæ i y iron o premì djor dé touì le més ; le none (o noyémo djor dévan qué le idi) i corechpondaon ou 5° ou o 7o djor a sélòn dou més ; le idi i corechpondaon o 13° ou o 15° djor. Donca, dé douqu'ou l'arua o sans particuyé qué tsou mot ou l'at én patoué ? L'ichtouére no aida a troé eunna réponsa. En effè, a modé dou VIIIo siécle, a cohtuma y ira tsella dé fére condjeubbié l'énvión dé l'an gno avó a féhta dé Tchalénde.[i] (é Romma tsa cohtuma l'at alà avante tanque o XVII° siécle).[ii]

Én patoué y é son d'atre mot qu'i l'aruon dé calendae : calandré, pér éjémpio, comme én fransé ou é tayàn. Ma i l'én co dé mot mins cognù comme tsalendamé (fére tsalendamé) qu'ou vièn da viéya cohtuma dé fére dé protsisión o premì dé mai.[iii]

Ma orra vénén i variété fonétécque dou mot tchalénde. S'i l'aitén le diférèn patoué, i troén tsalende, tchalénde, salende, chalèinde[iv]  é i poén rémarqué comme l'a tchandjà, vents ou pasadjo dou latìn ou patoué, l'éncomintsón dou mot. En effè, a palatalizatsión dou ca-latìn l'é un di tré pi évidèn dou patoué é mersì a l'oservatsión dé tsa tchoza, o dialectologue Graziadio Isaia Ascoli l'a pouchù « dehcovrì », ou 1878, tsa lénga : o patoué.[v]

Ma tsenqu'ou l'echtona co dé pieu son le diférénte palatalizatsión a sélòn da quemeunna (tsa-, tcha-, sa-, cha-). A l'é tsenqu'ou dona i predjé én Val d'Ohta retchetsa é variété.

En pieuch da lénga é da rélijón, a féhta dé Tchalénde a l'a co eunna valour émportanta pé le traditsión. A marca l'énvión dou « sicle di 12 djor », comme ié guión y etnologgue. Ou saret a dire l'énsémbio di djor qu'i van dé Tchalénde ou Djor di Rèi.[vi]

Un co, tsetta périodde a y ira moué émportanta perquè, sélòn le djen, a permettae dé prévére teut l'an.[vii] Non rétroa a méma traditsión co vents o dodekaemeròn (le dodze djor) de l'épocca bidzantina.

Djeuchto pé doné eun'idé, non pout vére cahquie proverbe én patoué qu'i son témouèn dou role dé tsi 12 djor [viii] :

A Tsalende le moutseillón, a Paque le llasón

Euntre Tsalende è le Rèi le dzor marcon le mèis

Tchalendi sentsa lunna dè trèi votchi butti-ne una

Levrén tsou piquiot vouéyadjo vents o Tchalénde éntó le mot dé quieui pé premì l'a voulù mouhtré a touit a boté da cha lénga, o patoué, a travers a poézì. I prèdjén dé l'abé Cerlogne qué, ou 1861, l'at ehcreut a tchantsón dé Tchalénde pi émportanta pé a Val d'Ohta : La Pastorala [ix] :

La Pastorala

De nët eun leumiére,

I berdzè l'at paru ;

Un andze vin leur dëre :

Lo Saveur l'est neissu.

Un pouro baou l'est son palatse,

Et sat pei de fen in traver

Compouson lo deur matelatse

De ci gran Rei de l'univer ;

Et din la rigueur de l'iver

De dò trèi lindzo l'est queuver.

 

Berdzé, dei que le s-andze

Di cheil son descendu,

Pe tsanté le lovandze

D'un meinà vouë neissu ;

Parten ! Parten ! L'est dzà doz'aoure ;

Galopen a Bethleen.

No verren ci meinà que plaoure

Din euna rètse su lo fen.

Que ci petsou deit ëtre dzen !

Më que l'est pouro in mëmo ten !

 

Quetten noutra cabanna

Agnë, feye et maouton ;

Beissèn bà din la plana

Tsertsé ci dzen popon.

A ci mèinà din la misére,

No fat lei porté de presen,

Afin que le jeu de sa mére

Lo veyen pa todzor souffren.

No fat lei porté de creissen,

Et de lassë lo tsanon plein.[x]



[i]FAVRE, S. (2014). Natale, Noël, Tsalende. Travai pé "Les mots - Festival della parola in Valle d'Aosta". 18 avrì - 4 mai 2014, Ohta, Italie.

[ii] Id. ibid.

[iii] Id. ibid.

[iv] Pé vére le diférèn mot, aiteu so o Glossére én légna.

[v] ASCOLI, G.I. (1878). Schizzi franco-provenzali. Én : Archivio glottologico italiano. III/1878. pp. 61-120

[vi] BETEMPS, A. (2004). « Enquêter sur la fête ». En : « Nouvelles du Centre d'études francoprovençales R. Willien ». 49/2004. pp. 63-73.

[vii] Id. ibid.

[viii] FAVRE, S. (2014). Op. cit.

[ix]  A versión éntira a l'é vents a sétsión Lettérateurra/abbé Cerlogne.